Suisse

30 juin 2019 10:04; Act: 01.07.2019 07:28 Print

Des poisons dans les jardins familiaux

Les jardiniers amateurs utilisent souvent des pesticides très toxiques pour soigner leurs fleurs et légumes. Berne veut réduire l'accès à ces substances.

storybild

Les amateurs utilisent souvent sans le savoir des produits très toxiques. (Photo: Keystone)

Une faute?

La Confédération veut restreindre l'accès aux pesticides à des privés, écrivent «Ostschweiz am Sonntag» et «Zentralschweiz am Sonntag», tous les deux publiés pour la dernière fois dimanche.

D'après des estimations, les particuliers utilisent entre 100 et 200 tonnes de produits phytosanitaires par an. Cela correspond à 5 à 10% des pesticides vendus en Suisse. Selon des experts, cités par les journaux, il serait extrêmement facile de nos jours de trouver des produits très puissants, même pour les jardiniers amateurs.

Pas facile de s'y retrouver

«Aujourd'hui, il est effrayant de trouver dans le commerce des substances très puissantes», s'inquiète David Huber de l'organisation Bioterra Organic and Natural Garden. L'ingénieur en environnement évoque une grande variété de produits, «y compris de nombreux produits à fort potentiel de dégâts pour l'homme et la nature». Et d'ajouter: «Il n'est pas facile pour les amateurs de s'y retrouver dans cette jungle. D'autant plus que certains noms sont trompeurs, comme celui d'une substance appelée "insecticide naturel", alors qu'elle est très toxique pour les organismes aquatiques». En outre, de nombreux privés utilisent mal ces produits.

L'utilisation de pesticides dans les jardins fait désormais l'objet de pressions politiques depuis les discussions sur les deux initiatives «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse» et «Pour une eau potable propre et une alimentation saine». En effet, le conseiller national Karl Vogler (PCS/OW) a déposé une motion demandant que Berne élabore un plan d'action pour réduire l'utilisation des pesticides en dehors de l'agriculture. Son texte est largement soutenu à gauche comme à droite.

Serrage de vis

Dans sa réponse, le Conseil fédéral soutient la démarche du parlementaire et se dit lui aussi surpris «que la plupart des pesticides homologués pour l'agriculture soient également librement accessibles aux particuliers». Du coup, Berne veut restreindre leur offre à long terme. L'Office fédéral de l'agriculture a vérifié déjà si tous les produits phytosanitaires conviennent à un «usage non professionnel». La liste des produits sera bientôt publiée. D'autres restrictions sont prévues: ainsi à partir de 2022,les jardiniers amateurs ne pourront plus acheter que des produits phytosanitaires spécialement approuvés pour eux.

(cht/nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Carotta cuitasse le 30.06.2019 10:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas si difficile sans pesticide

    Ancienne citadine, totalement néophyte en jardinage et sans pouce vert, j'ai appris que les mauvaises herbes n'empêchent pas les légumes de pousser et que le purin d'orties peut faire des miracles sur les différentes bestioles qui squattent le potager. Bref le jardin est moche, mais les légumes plutôt bons.

  • Grandgi le 30.06.2019 10:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une bonne idée

    C'est une bonne chose ! tous critiquent l'agriculture et son utilisation de pesticides (qui est déjà très règlementée en Suisse), mais en utilisent 3 à 4 fois plus dans leur jardin. Un durcissement pour les privés leur permettrait de se rendre compte des défis que relève quotidiennement les agriculteurs suisses.

  • Vivi Debienne le 30.06.2019 10:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme pour les médicaments

    Qu'on réserve une fois pour toutes ces saloperies aux professionnels de la santé des plantes. Les antibiotiques et autres sulfamidés se prennent aussi sous ordonnance, pourquoi ne pas le faire avec les pesticides ? Quand je vois les gens « traiter » leurs salades, fruits et légumes dans les jardins familiaux, je me pose des questions sur leur santé mentale.

Les derniers commentaires

  • L' urgence n' est pas loin le 01.07.2019 18:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le monde à l' envers.

    La ville au jardin . hahahahihihi , et ça critique l' agriculteur.

  • Xiauyan le 01.07.2019 07:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comment on fera a l avenir

    heureusement je fais mes achats en France. la bas il y a tous ce qui faut pour mon jardin. et ca arrache royez moi.

  • Je dis ça le 30.06.2019 21:46 Report dénoncer ce commentaire

    Je dis rien

    Eh oui. Pour epater les familles, copains, c'est toujours le concours a celui qui a la plus grosse......... Courgette,, tomate etc. Y a pas que les coureurs cyclistes qui ont droit au produits dopants.

  • macoli le 30.06.2019 20:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    un outre jardinieri

    moi j aime le tout petit gazon féminin naturel .fraiche hummmm.

  • Jean Claude Genevois le 30.06.2019 18:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le vin des herbes

    moi j'ai un vieux stock de Perlan Genevois que j'utilise pour désherber c'est très efficace, mieux que le Crépy de haute Savoie .