Zurich

10 novembre 2011 15:23; Act: 10.11.2011 16:44 Print

Des seins nus pour dénoncer la prostitution

Plusieurs féministes du mouvement ukrainien Femen ont manifesté jeudi à Zurich seins nus, en string et en talons aiguilles contre la prostitution dans la Confédération.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les quatre militantes de Femen se sont installées sur le trottoir du Sihlquai de Zurich, une artère de la ville connue pour être un haut lieu de la prostitution, emballées de cellophane et avec une affiche imitant une étiquette qui portait la mention: «5,99 dollars, made in Ukraine» (fabriqué en Ukraine).

Entourées d'une nuée de photographes et de badauds plutôt amusés par cet événement, elles ont déchiré leur emballage de cellophane, avant de bloquer la rue en criant «la femme n'est pas une marchandise».

Elles ont interrompu la circulation pendant un quart d'heure, malgré les coups de klaxons des automobilistes et ont grimpé sur une Mercedes sous le regard ahuri de son conducteur.

«Nous essayons de choquer les gens pour leur montrer la réalité», a indiqué une des militantes. «Nous ne sommes pas contre les prostituées, mais contre les proxénètes qui les utilisent», a-t-elle poursuivi.


Depuis fin octobre en Suisse

Les militantes de Femen sont arrivées fin octobre en Suisse pour une tournée européenne, qui les a notamment conduites devant le domicile parisien de l'ex-directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, et sur la Place Saint-Pierre au Vatican où une des militantes s'est partiellement dévêtue dimanche juste après l'Angélus du pape.

Femen, qui revendique 300 militantes à Kiev, n'en est pas à son coup d'essai, devenant en trois ans un phénomène en Ukraine et se faisant connaître à l'étranger.

A moitié déshabillées ou en tenues légères, les membres de Femen multiplient les actions publiques pour dénoncer la prostitution, le tourisme sexuel ou le harcèlement dont sont victimes les étudiantes d'université en Ukraine.

Elles ont indiqué jeudi à la presse avoir terminé leur tournée européenne, mais ont promis «de revenir dans quelques mois».

(afp)