Nucléaire suisse

17 mars 2019 21:53; Act: 17.03.2019 21:53 Print

Désaccords autour du démontage des centrales

Des fonds ont été prévus pour la désaffection des centrales nucléaires, mais la révision de la gestion de cet argent se heurte à de vives résistances.

storybild

Pour Leibstadt en Argovie, les surcoûts se chiffreraient en millions. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La principale critique concerne la réduction prévue du rendement du capital des deux fonds prévus pour le financement de la désaffectation des centrales. Selon eux, cette baisse fait courir le risque aux exploitants de devoir augmenter leurs propres contributions.

Le groupe Axpo, exploitant de la centrale nucléaire de Beznau et copropriétaire de celles de Leibstadt et Gösgen, qualifie la révision de discutable d'un point de vue réglementaire et d'autogoal pour la politique énergétique. La réduction du rendement de capital est arbitraire. Elle bloque sans raison des fonds considérables et nuit aux futures mutations du secteur de l'approvisionnement énergétique en Suisse.

Soutien des cantons

L'exploitant de la centrale nucléaire de Mühleberg BKW avance les mêmes arguments. Avec cette révision, les exploitants de centrales nucléaires devraient verser des contributions supplémentaires de plusieurs millions, et ce sans aucun gain en matière de sécurité.

Pour Mühleberg, les montants supplémentaires à verser sont estimés à environ 100 millions de francs. Pour l'ensemble des exploitants, les coûts supplémentaires se chiffrent en milliards, selon Swissnuclear.

Les exploitants reçoivent le soutien des cantons où sont implantées les centrales nucléaires. Berne et Argovie sont clairement opposés à une augmentation des provisions en vue du démantèlement des centrales nucléaires. Le canton de Zurich, qui détient 37% d'Axpo, rejette aussi la proposition que le Conseil fédéral avait mise en consultation jusqu'à ce lundi.

Une «expropriation»

Le PLR rejette la révision dans sa forme actuelle. Les exploitants de centrales ne devraient occuper plus qu'un tiers des sièges dans les organes chargés de l'administration des fonds, contre deux tiers pour les membres indépendants, ce qui équivaut à une expropriation des propriétaires et qui réduit l'expertise des commissions, estime le parti de l'économie.

Le PLR critique aussi l'ajustement du rendement du capital et du taux de renchérissement. Ces modifications devraient être basées sur des facteurs économiques et des modèles mathématiques financiers et ne devraient pas être instrumentalisées, relève-t-il.

Même opposition à l'UDC. La réduction du rendement réel priverait les propriétaires de centrales nucléaires de milliards de francs et les priverait ainsi de la possibilité d'investir, affirme le parti. Comme les exploitants continuent d'assumer la responsabilité des coûts de démantèlement et d'élimination, la réduction prévue de leur représentation au sein des comités est intenable, ajoute-t-il.

Supplément pour la sécurité

A gauche, le Parti socialiste critique la suppression prévue du supplément de sécurité forfaitaire de 30% introduit en 2015 dans l'ordonnance. Selon lui, ce supplément constitue l'instrument le plus important pour la sécurité financière de la Confédération.

Le PS s'appuie sur une analyse réalisée par le cabinet Oxford Global Projects. Celle-ci recommande une marge de sécurité de plus de 200% pour faire face aux augmentations de coûts pour les dépôts en couches géologiques profondes.

Ce supplément de sécurité forfaitaire doit aussi être maintenu pour des raisons de gouvernance, poursuit le PS. Le parti s'oppose aussi à la fin de l'obligation de verser des contributions au terme de la période de désaffection. Au contraire, l'obligation de verser des contributions est nécessaire jusqu'à la fin de la construction des dépôts en couches géologiques profondes, estime-t-il.

Energies renouvelables

Les Verts rejettent eux aussi la suppression du supplément de sécurité forfaitaire, estimant qu'il faudrait plutôt augmenter cette contribution. L'exemple de l'Allemagne a montré que les travaux de démantèlement de centrales nucléaires coûtent beaucoup plus cher que prévu, plaident-ils.

Cette suppression constitue un net recul, abonde la Fondation suisse de l'énergie (SES). Selon qui la révision ne tient aucunement compte de l'augmentation des coûts et des risques financiers auxquels on peut encore s'attendre.

Les Vert'libéraux affirment quant à eux que la révision de l'ordonnance devrait permettre d'investir les ressources des fonds non seulement de manière conventionnelle sur la place financière, mais aussi dans la production d'énergie renouvelable. Le PDC ne s'est pas prononcé.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • un intolérant aux intolérants le 17.03.2019 22:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on va l'avoir dans l'os, pour changer

    J'ai un pré-sentiment que c'est le contribuable qui va casquer à la fin, et on pourra mettre aux oubliettes la loi du pollueur-payeur, ABE

  • David de bulle le 17.03.2019 22:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    a table..au menu de la..

    quand faut manger tout le monde veut sa part mais pour faire la vaisselle il n y'a plus personnes..merci à la politique de copinage..

  • Peter Pan le 17.03.2019 22:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A-Tom A-Tord

    Une centrale rapporte 1 million par heure et par réacteur et il faudrait en plus les aider pour soit disant un démantèlement...

Les derniers commentaires

  • Bientôt le 18.03.2019 19:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Autoroute Suisse

    160 km/h.

    • 160 + 8 le 18.03.2019 20:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bientôt

      Vive le changement.

  • pda le 18.03.2019 16:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pas de solution sans nuc

    la stratégie énergétique 2050 est un non sens. Les renouvelables intermittentes n'apporteront pas de solution. Économiser 20% d'électricité : un leurre. Le peuple avait été mal informé.

  • Totor le 18.03.2019 16:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le nucleaire est l'avenir.

    Il faut s'y faire le nucléaire , c'est l'énergie la moins coûteuse à sa construction , et l'energie la plus économique à sa consommation et la moins chère. Combien d'éoliennes pour remplacer Mulheberg. Combien de panneaux solaires.

    • Dehl le 18.03.2019 18:36 Report dénoncer ce commentaire

      Mauvais argument bonne déduction

      On s'en fout du prix, l'important c'est d'arrêter de mettre de CO2 dans l'atmosphère

  • D. B. le 18.03.2019 14:13 Report dénoncer ce commentaire

    Sait-on démenteler une centrale?

    Le problème est simple, l'être humain sait construire et faire fonctionner une centrale nucléaire. Mais, il ne sait pas comment la démenteler de façon propre, écologique et économique, d'où le surcoût. Quand est-ce que l'humain arrêtera de jouer à l'apprenti sorcier avec ces inventios ?

  • Reidid le 18.03.2019 13:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Amateurs ou escrocs?

    Je rêve ! On en est encore à décider si le fonds doit encore être versé par les propriétaires après le démantèlement ? C'est quoi ces contrats d'amateurs? Les propriétaires ont bien joué car il est facile de contester quand rien n'a été mis noir sur blanc. A moins que ce soit exprès ?