Conseil fédéral

24 avril 2019 18:48; Act: 24.04.2019 22:57 Print

La destruction d'habits invendus reste autorisée

par Pauline Rumpf - Une partie des fins de stock n'est ni revendue ni transformée, mais brûlée. Une élue part en guerre contre la pratique.

storybild

Les invendus sont d'abord revendus en seconde main, puis valorisés comme chiffons ou matériau d'isolation, et en dernier recours détruits, souvent par le feu. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«C’est vraiment incroyable.» Pour Adèle Thorens, voilà comment qualifier la réponse du Conseil fédéral à sa question posée à la session de printemps. La conseillère nationale Verte demandait si les entreprises de textiles détruisaient leurs invendus et ce qui peut être fait pour l’éviter.

Le gouvernement a jugé qu’il n’était pas opportun d’agir maintenant. Des mesures sont déjà prévues dans le plan «Textiles durables», qui réunit Confédération et acteurs de la branche, justifie l’Exécutif. De plus, le Parlement s’est prononcé en 2015 pour des propositions libres plutôt que pour des règles contraignantes sur l’économie verte.

Pour Adèle Thorens, cette réponse passe à côté du sujet: «La destruction de produits neufs dont le seul défaut est d’être rendus obsolètes par la mode est choquante. C’est un exemple d’obsolescence programmée et de gaspillage de ressources.» La France, elle, planche sur une loi visant à interdire ce procédé cette année, après plusieurs scandales.

«Des alternatives existent»

Estimant que l’incinération des invendus n’est que la pointe de l’iceberg, la Vaudoise réclame que l’industrie de la mode réalise sa transition écologique. «Des alternatives existent qui mériteraient d’être généralisées, souligne-t-elle. Il faut désormais privilégier les vêtements faits de façon durable, de bonne qualité, voués à un long usage, puis éliminés de manière écologique.»

L’élue écologiste passera donc par le Parlement via une intervention plus musclée, en intégrant d’autres secteurs aussi touchés par la destruction d’invendus.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lexou le 24.04.2019 19:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honteux

    Dites , les conseillers fédéraux , vous ne pensez pas qu'il y a énormément de familles dans le besoin qui serait super content de pouvoir en profiter... Preuve que vous êtes trop bien payé et beaucoup trop de privilèges... Vous êtes honteux.

  • Logik le 24.04.2019 19:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien à dire tout simplement

    Honteux !

  • Doris le 24.04.2019 19:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on protège encore les mêmes

    Et là, pas de taxe écologique pour ce gâchis ??? Le manque à gagner de ces invendus se répercute, en plus, dans les marges.

Les derniers commentaires

  • Chg le 25.04.2019 19:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Acheter mieux et donner une seconde vie

    Ils produisent trop d'habit pour les vendre pas cher... Il faut arrêter d'acheter de la mauvaise qualité et plus utiliser les trocs ou magasin de secondes mains, comme à Cheseaux-sur-Lausanne ou autres...

  • Patb le 25.04.2019 12:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Campagne politique à 2.-

    Ça sent les élections de fin d'année à plein nez....

  • adèle le 25.04.2019 10:52 Report dénoncer ce commentaire

    Exagéré

    Pourquoi faire une telle chose, pensez-vous que tous les Suisses sont de riches banquiers et habitent sous la coupole? Donnez à ceux qui en ont besoin serait une preuve que nos conseillers fédéraux ont une âme et pas seulement un porte-monnaie.

  • Jeje le 25.04.2019 09:40 Report dénoncer ce commentaire

    Capitalisme indécent et vomitif

    Des gens sont quasi mis en esclavage par des salaires et des horaires inhumains à l autre bout du monde , et pour couronner le tout , on brûle leur travail en fin chaîne ! Du mépris pour ces femmes et enfants qui triment dans des usines insalubres , du mépris jusqu dans nos enseignes en Suisse. ces pratiques devraient etres punies par de fortes amendes , le minimum serait de renvoyer les invendus au pays producteur pour vêtir ses pauvres qui meurent au travail pour nos enseignes occidentales

  • Albert le 25.04.2019 09:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Triste réalité, la dignité ça vous parle?

    A la lecture de nombreux commentaires, je constate que pour les gens qui ont la "chance + l'opportunité de travailler" (ce qu'ils oublient), les moins chanceux (pour divers motifs) devraient courber l'échine et tout accepter. Ce n'est décemment pas comme cela qu'ils vont s'en sortir.