16 mai 2007 10:29; Act: 16.05.2007 10:30 Print

Détection de la première planète de glace

L'Observatoire de St-Luc, dans le val d'Anniviers (VS) vient de détecter la première planète de glace.

Une faute?

De la taille de Neptune, elle est située en dehors du système solaire. Pour la première fois, la taille et la densité d'une exoplanète aussi petite ont pu être mesurées.

Ces résultats permettent d'identifier le composant principal de la planète distante de 30 années-lumière: de l'eau, sous la forme de «glace chaude», un état physique qui n'existe pas sur Terre. Un coeur rocheux et peut-être une mince enveloppe d'hydrogène complètent le tableau, a indiqué l'Observatoire mercredi.

«Première mondiale»

Après la découverte récente d'une probable «Super-Terre» hors du système solaire par l'équipe du professeur Michel Mayor, de l'Université de Genève, c'est une nouvelle étape importante qui a été franchie. Elle est un pas de plus sur la route qui conduit à la détection et la caractérisation de planètes semblables à la Terre. «C'est une première mondiale», selon le responsable de St-Luc Frédéric Mallaman.

La proximité entre la planète et son étoile ainsi que l'effet de serre vraisemblable qu'elle subit permettent d'estimer la température à sa surface à plus de 300 degrés. L'eau de son atmosphère se trouve donc à l'état de vapeur, celle à l'intérieur sous forme de glace chaude. Inexistant naturellement sur Terre, cet état a déjà été reproduit en laboratoire.

La mise en évidence de ce monde de glace chaude a une conséquence importante, selon l'Observatoire de St-Luc: elle montre pour la première fois que des planètes composées d'eau existent à faible distance de leur étoile.

Dès lors, certaines d'entre elles pourraient posséder une atmosphère moins chaude, ce qui permettrait d'imaginer la présence d'eau liquide et donc d'un immense océan à leur surface. Encore hypothétiques, de telles planètes sont appelées «planètes-océans».

(ats)