Canton de Berne

14 janvier 2019 13:38; Act: 14.01.2019 18:48 Print

Deux Jeunes UDC condamnés pour racisme

Les co-présidents des Jeunes UDC du canton de Berne ont été condamnés lundi à des peines pécuniaires avec sursis pour discrimination raciale.

storybild

La caricature qui fait débat (Photo: www.jsvpbern.ch)

Sur ce sujet
Une faute?

Les deux co-présidents des Jeunes UDC du canton de Berne sont responsables de la diffusion sur les réseaux sociaux d'une caricature sur les gens du voyage en vue des élections cantonales bernoises de mars 2018. L'association Sinti et Roms de Suisse avait alors déposé une dénonciation pour violation de la norme pénale antiraciste.

Cette caricature présente un homme vêtu d'un costume traditionnel suisse qui se bouche le nez devant un tas d'immondices amassé à côté de caravanes. Elle est accompagnée de l'inscription «Nous disons non à des places de transit pour des gens du voyage étrangers».

La Société pour les peuples menacés (SPM), qui soutenait la démarche pénale, estime que cette caricature suggère que les gens du voyage sont sales, animés d'une tendance à la criminalité et qu'ils troublent l'ordre public.

Possible recours

La juge unique du Tribunal régional a également estimé que ce dessin constituait une violation de la norme pénale antiraciste. Les deux hommes ont été condamnés chacun à 30 jours-amende avec sursis, ce qui représente 3300 francs pour l'un et 3600 francs pour l'autre. Ils ont 10 jours pour faire appel, une possibilité qu'ils se laissent ouverte. Les deux co-présidents contestent en effet les accusations formulées à leur encontre.

«Nous n'avons jamais eu l'intention de discriminer des personnes; cette campagne visait seulement les places de transit», a expliqué l'un des deux au tribunal. Pour l'autre le terme utilisé de «tzigane» n'était pas problématique puisqu'il n'avait jamais donné lieu à un débat.

Organisations roms satisfaites

Ce jugement prouve que des faits graves de discrimination raciale contre les roms ne sont pas tolérés dans le canton de Berne, a réagi la SPM. Il est rassurant de savoir «qu'un parti comme celui des Jeunes UDC ne peut pas faire campagne en toute impunité sur le dos des minorités telles que les Roms», a commenté Stefan Heinichen, de l'association Sinti et Roms de Suisse, cité dans le communiqué.

Le Ministère public bernois avait condamné les deux jeunes UDC par voie d'ordonnance pénale. Mais les deux accusés avaient fait recours, raison pour laquelle cette affaire était jugée par le Tribunal régional de Berne-Mittelland.

(nxp/ats)