Justice

09 novembre 2018 17:06; Act: 09.11.2018 19:25 Print

Deux collaborateurs de la SUVA condamnés

Un patient s'était noyé dans une piscine de la Clinique romande de réadaptation, à Sion. Une physiothérapeute et son responsable ont été condamnés à des jours-amende.

storybild

Un patient s'était noyé dans une piscine de la Clinique romande de réadaptation, à Sion. (Image prétexte) (Photo: Keystone/Maxime Schmid)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux collaborateurs de la Clinique romande de réadaptation (CRR) à Sion ont été reconnus coupables d'homicide par négligence, à la suite de la noyade d'un patient en 2013. Ils ont été condamnés à des jours-amende avec sursis.

Le Tribunal de district de Sion a jugé que la physiothérapeute chargée de contrôler le bassin le jour du drame avait violé son obligation de surveillance, a expliqué la CRR, se référant au verdict prononcé vendredi par le tribunal. La collaboratrice de la clinique a été condamnée à une peine de 120 jours-amende (à 75 francs).

De son côté, le chef des physiothérapeutes de l'époque, aujourd'hui à la retraite, a été condamné pour ne pas avoir suffisamment veillé à ce que les consignes de sécurité soient appliquées. Il a écopé d'une peine de 45 jours-amende (à 170 francs). Les deux condamnations sont assorties d'un sursis pendant deux ans. Elles peuvent faire l'objet d'un recours.

Deux acquittements

Après étude des considérants du tribunal, le comité de direction de la clinique se prononcera sur une éventuelle sanction disciplinaire à l'encontre de la physiothérapeute condamnée, toujours active dans la clinique, relève la CRR dans son communiqué.

Figurant également parmi les prévenus, le directeur médical de la clinique a été acquitté. Il en a été de même de la physiothérapeute chargée de la surveillance d'un autre bassin au moment du drame.

Le patient avait perdu la vie après un accident survenu le 12 juin 2013 dans une piscine de l'établissement. Il participait à une thérapie de groupe lorsqu'il s'est retrouvé sous l'eau.

Grièvement blessé, l'homme avait été admis aux soins intensifs de l'Hôpital cantonal de Sion, où il devait décéder le 20 juin.

(nxp/ats)