Confédération

16 octobre 2019 10:06; Act: 16.10.2019 10:06 Print

Deux instituts de recherche vont fusionner

L'EPFZ veut créer «un institut au format de classe mondiale» en regroupant plusieurs instituts fédéraux. Près de 1000 collaborateurs sont concernés.

storybild

L'Institut fédéral des sciences et technologies de l'eau (Eawag) et basé à Dübendorf (ZH). (Photo: Keystone)

Une faute?

L'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), et celui des sciences et technologies de l'eau (Eawag) doivent fusionner. Ainsi en a décidé le Conseil de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) en tant qu'autorité de supervision.

Le journal «Blick», qui rapportait l'information mercredi, se base sur un procès-verbal de réunion datant de septembre dernier. Un porte-parole du Conseil de l'EPFZ a confirmé la fusion prévue.

Nous voulons établir «un institut au format de classe mondiale» afin de renforcer sa «force de rayonnement» et sa «visibilité internationale», a-t-il dit. Une source interne a précisé au journal que la fusion prévue devrait permettre d'épargner des postes et donc de l'argent.

Eau, neige et avalanche

Employant quelque 500 collaborateurs, le WSL s'occupe notamment de l'utilisation et de la protection des habitats naturels et des paysages ruraux, mais aussi des dangers naturels. L'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches, sis à Davos (GR), en fait partie, de même que des postes externes à Lausanne, Sion et Cadenazzo (TI).

L'Eawag mène lui notamment des recherches sur la protection des eaux. Quelque 400 collaborateurs travaillent sur ses sites de Dübendorf (ZH) et Kastanienbaum (LU).

Les deux instituts de recherche de la Confédération sont rattachés aux écoles polytechniques fédérales de Zurich et Lausanne, comme l'Institut Paul Scherrer et le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa). Le budget total s'élève à environ 3,6 milliards de francs. La Confédération assure l'essentiel du financement. Le Parlement a relevé sa contribution de quelque 30 millions de francs pour l'année 2019.

(nxp/ats)