Suisse-UE

26 mai 2017 11:14; Act: 26.05.2017 23:03 Print

Deux tiers des Suisses ne font pas confiance à l'UE

Selon une étude de l'EPFZ, la volonté d'un rapprochement politique avec l'Union européenne est au plus bas en Suisse.

Sur ce sujet
Une faute?

Le scepticisme des Suisses face à l'UE grandit. Aujourd'hui moins d'un tiers de la population est favorable à un rapprochement politique. Une grande majorité souhaite toutefois une collaboration plus étroite en matière économique.

Etude annuelle

C'est ce que révèle l'étude «Sécurité 2017» de l'académie militaire et du Center for Security Studies de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), présentée vendredi à Berne. Cette étude est menée depuis 1999.

Cette année-là, 70% des personnes interrogées s'étaient exprimées en faveur d'un rapprochement politique avec l'Union européenne. En 2017, ce taux est au plus bas et n'atteint plus que 31%, contre 35% en 2016 et 39% en 2015. Les partisans à une adhésion à l'UE ne représentent que 15% de l'électorat suisse. Cependant, 81% veulent plus de collaboration économique.

En outre, une majorité prône un engagement plus fort dans l'ONU, plus d'aide au développement ou une Suisse plus active lors des conférences internationales. Tout lien institutionnel est en revanche mal vu. Seuls 19% sont pour une adhésion à l'OTAN. La part de la population qui veut un pays le plus indépendant possible et voit l'ONU d'un mauvais oeil est elle passée de 32 à 37%.

Vision positive de la Suisse

Les auteurs mentionnent plusieurs raisons à cette vision sombre de l'autre côté des frontières helvétiques: les tensions persistantes entre l'UE et la Russie, le Brexit, le débat sur les réfugiés ou les attaques de Berlin et d'Istanbul. Au contraire, 82% de la population a une perception optimiste de la Suisse, soit 7% de plus qu'une année auparavant.

Parallèlement, le sentiment général de sécurité s'est amélioré, passant de 86 à 93%. Dans les espaces publics, ce sentiment a toutefois légèrement reculé. Près d'une personne sur cinq ne se sent pas en sécurité. Près de 90% des personnes interrogées sont d'avis que la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme politique doit être renforcée.

Police appréciée

Les autorités et les institutions jouissent d'une bonne renommée. En tête du classement des autorités: la police avec un score de 7,9 points sur 10. Suivent les tribunaux (7,4 points) et le Conseil fédéral (7,1 points). Les médias et les partis se trouvent en queue de classement avec chacun 5,5 points.

L'armée (6,5 points) est également appréciée au sein de la population. Plus de 80% estiment que les forces armées sont nécessaires, seul un tiers des personnes interrogées veut abolir le service obligatoire ou réduire le budget.

La neutralité est soutenue presque à l'unanimité. Pour la majorité, elle est liée à l'identité de la Suisse et permet à notre pays de jouer un rôle de médiateur dans les conflits. Cependant, les Suisses sont d'avis qu'on ne peut plus défendre la crédibilité de la neutralité armée aujourd'hui.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Steph le 26.05.2017 12:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non c'est vrai

    Et cet article devrait nous surprendre ? Évidemment qu'on ne fait pas confiance à une institution dictatoriale et à l'opposé de nos valeurs démocratiques qui quand elle n'a ce qu'elle veut menace à tout va.

  • Le suisse fier le 26.05.2017 12:25 Report dénoncer ce commentaire

    Vive la Suisse!

    Vive la Suisse!

  • N'importe quoi le 26.05.2017 13:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Scandale

    ce qui est scandaleux avec cette "Europe", c'est qu'elle nous rackette et surtout veut nous appliquions ses propres lois... comme si on devait appliquer la loi chinoise pour acheter en Chine, ou les lois américaines pour acheter un iPhone. Et ya aucun politique qui s'en offusque, c'est peut-être cela qui est le plus scandaleux

Les derniers commentaires

  • Un lecteur le 02.06.2017 15:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    POURQUOI TANT D'ENVIEUX

    Quand on vois toutes les critiques à l'égard de la Suisse qui veux rester indépendante de l'UE et la catastrophe qui est lui est prédite, ont peux se poser la question "pourquoi y a t'il autant d'européens qui veulent venir travailler dans un pays qui semble t'il, vas aussi mal ?

  • May Daniel le 01.06.2017 17:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exclu à l'adhésion à l'UE

    Pour mois c'est bon signe de constaté que de voir les sondages sur cette Europe pourrie. Sa prouve une chose, le CF n'a toujours pas compris que temps que Bruxelles continue à manqués de respect en ver la suisse, est faire constamment des menaces est du chantage en ver le peuple suisse comme il on toujours fait depuis plus de 10 ans.sur l'exportation dans l'UE de nos produits, est de nos étudiants qui sont dans des universités dans l'UE, pression constante sur tout ce qui touches notre industrie. Est ils oses parlés de démocratie.bain voyons

  • Ttcool le 29.05.2017 08:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ttcool

    Non non et ré non

  • Vador300 le 28.05.2017 09:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Union Européenne NON!

    On n'en veut pas. Un point c'est tout! Un joli rêve utopique repris par une armada de fonctionnaires improductifs juste bons à définir plus de normes et de lois imbéciles pour se nourrir du système qu'ils empoisonnent. Incapables de se réinventer et juste bons à recevoir des paires de claques. Du balais! Et quant à nos politiciens moyens ... Restons vigilants face à cette gauche qui ne cherche qu'à nous rapprocher de ce désastre à des fins électoralistes.

  • L'Intondable des Alpages le 27.05.2017 18:25 Report dénoncer ce commentaire

    la Monarchie Européenne

    Juste pour rappel, c'est l'UE (enfin, surtout Merkel) qui a décidé d'accueillir tous les réfugiés. Et c'est l'UE qui a ordonné à chaque pays de recevoir une part égale de réfugiés, quand bien même seuls Merkel et Hollande ont dit vouloir accueillir tous les pauvres du monde.