Saint-Gall

01 juillet 2014 09:50; Act: 01.07.2014 12:11 Print

Doctoresse responsable de la mort d'une toxico?

Une femme médecin saint-galloise est accusée de n'avoir pas remarqué qu'une patiente était en train de faire une overdose mortelle de méthadone. Elle sera jugée en appel mercredi.

Une faute?

Une toxicomane est décédée en 2010 d'une overdose de méthadone. Sa famille a porté plainte contre sa doctoresse, 63 ans, pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger. La prévenue, qui entretenait des liens très étroits avec sa patiente ainsi que sa famille, comparaîtra mercredi en appel devant la justice saint-galloise.

Le 29 mars 2010, la victime présumée a fait savoir à sa praticienne qu'elle avait de nouveau consommé de la cocaïne. Selon l'acte d'accusation, la doctoresse savait donc que la toxicomane avait recommencé à se droguer alors qu'elle prenait de la méthadone, prescrite par l'accusée. Un jour plus tard, sa patiente lui a annoncé qu'elle allait se rendre à Saint-Gall pour s'acheter de la drogue. Comme la doctoresse gérait également l'argent de la toxicomane, elle lui a donné 150 francs et lui a demandé de revenir chez elle plus tard, afin d'y passer la nuit ce soir-là.

Acquittée en première instance

De retour chez la sexagénaire, la jeune femme avait l'air d'être «dans un état clair», avait affirmé l'accusée en première instance devant le Tribunal de district de Werdenberg-Sarganserland (SG). Mais ce que la doctoresse ne savait pas à ce moment-là, c’est que sa patiente, en plus d'avoir consommé de la drogue, s'était administré une dose de 300 à 400 milligrammes de méthadone. Dans la nuit qui a suivi, la toxicomane a souffert de nausées et de maux de tête. Selon l'acte d'accusation, la praticienne aurait dû se demander si la patiente présentait des problèmes de santé graves. Le lendemain matin, la jeune femme toussait et avait beaucoup de peine à se faire réveiller. Malgré cela, l'accusée est allée travailler. C'est le petit ami de la patiente qui a constaté sa mort en cours de matinée.

Le Tribunal de district de Werdenberg-Sarganserland (SG) a acquitté la prévenue en première instance. Selon la justice saint-galloise, l'accusée - qui a affirmé n'avoir rien remarqué de particulièrement anormal - n'avait aucune raison de ne pas s'occuper de la patiente en cas de doute, surtout parce que celle-ci était comme une fille pour elle. La cour a également noté qu'il était très difficile de reconnaître une overdose, surtout lorsqu'on ne sait pas quelles drogues ont été ingérées et en quelles quantités. Le tribunal a donc également rejeté la plainte de la famille de la toxicomane, demandant des dommages et intérêts de la part de la doctoresse. A la suite de cette décision, la famille ainsi que le Ministère public avaient décidé de faire recours. Le procès en appel commencera mercredi.

(taw/ofu)