Extrême droite

13 novembre 2018 17:41; Act: 13.11.2018 20:22 Print

Don suisse indu à l'AfD: la justice allemande enquête

La justice allemande a ouvert une enquête préliminaire concernant un don litigieux de 130'000 euros d'un entrepreneur suisse au parti d'extrême-droite AfD en 2017.

storybild

Alice Weidel lors d'une de ses interventions au Bundestag. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est le magazine «Der Spiegel» qui l'annonce, par la voix du procureur de Constance, Johannes-Georg Roth: «À la suite de la publication d'articles de presse (sur ce don), le Parquet de Constance examine s'il y a des indices d'agissements passibles de poursuites», a-t-il assuré. Le parquet n'était pas joignable pour commenter ces informations.

La codirigeante du groupe parlementaire AfD au Bundestag, Alice Weidel, fait l'objet de vives critiques en Allemagne pour un don de 150'000 francs suisses effectué sur le compte de la section locale de l'AfD du lac de Constance à laquelle elle appartient. L'affaire avait été révélée dimanche par la presse allemande.

L'argent avait été viré en 18 tranches depuis un compte bancaire d'une entreprise pharmaceutique suisse, sise à Zurich, dans le cadre de la campagne pour les élections législatives de 2017. Les virements portaient à chaque fois la mention «Don pour la campagne électorale Alice Weidel».

Domicile en partie en Suisse

En Allemagne, la loi proscrit les dons d'argent à un parti politique d'une entreprise d'un pays non membre de l'Union européenne. Or, l'argent a certes été remboursé par l'AfD mais en avril 2018 seulement, ce qui vaut des critiques à Alice Weidel, qui vit partiellement en Suisse où sa compagne et leurs deux enfants sont installés.

Elle a toutefois reçu le soutien du dirigeant du parti, Alexander Gauland, qui a jugé qu'elle n'avait pas à se faire de reproches. «L'argent a été rendu trop tard, je le reconnais volontiers», a-t-il admis dans le quotidien «Bild». Mais il a mis en cause le trésorier de la section régionale de l'AfD qui a «manifestement mal agi», selon lui.

De son côté, Alice Weidel a également mis en cause le trésorier de la section du Bade-Wurtemberg qui avait estimé que ce don était «non problématique». «Si à l'époque j'avais soupçonné que l'évaluation du trésorier était fausse, je serais évidemment intervenue», a-t-elle dit.

Le Bundestag a demandé des explications à l'AfD. Les Verts et le Parti social-démocrate (SPD) ont tancé Alice Weidel, l'un des cadres du SPD Carsten Schneider, appelant la responsable à répondre «aux hautes exigences morales» qu'elle attend des autres partis. L'entreprise pharmaceutique suisse affirme n'avoir servi que d'intermédiaire d'un donateur anonyme.

(nxp/ats)