Projet citoyen

09 novembre 2019 14:58; Act: 09.11.2019 16:00 Print

«Je sais ce que c'est quand il n'y a rien à manger»

Malgré le fait qu'elle vive en-dessous du seuil de pauvreté, une Argovienne a lancé un projet pour venir en aide aux plus démunis.

storybild

Une aide directe est offerte aux nécessiteux sous forme d'un colis alimentaire contenant au moins 24 aliments . (Photo: Keystone/Peter Klaunzer)

Sur ce sujet
Une faute?

En 2017, 8,2% de la population suisse, soit quelque 675‘000 personnes, souffraient de pauvreté en termes de revenu, indique le site de l'Office fédéral de la statistique (OFS). Le seuil de pauvreté se situait en 2017 en moyenne à 2259 francs par mois pour une personne seule et à 3990 francs mensuels pour un ménage composé de deux adultes et deux enfants de moins de 14 ans, toujours selon l'OFS. Alors qu'une tribune dans le New York Times indiquait que le revenu moyen en Suisse s’élevait à environ 83'000 francs par année, soit plus de 6900 francs par mois.

Nos collègues de 20 Minuten ont rencontré l'une de ces personnes. Elle a même décidé de venir en aide aux personnes dans le besoin. «Je suis une mère célibataire avec deux petites filles de trois et sept ans et je vis en-dessous du seuil de pauvreté», raconte Julia Nickel. Je sais ce que c'est quand on ouvre les placards de la cuisine et qu'il n'y a rien à manger et quand il n'y a rien sur son compte pour remplir le frigo. C'est pourquoi je voulais profiter de la période de Noël pour aider les plus démunis, explique l'Argovienne de 37 ans».

Un projet citoyen

L'étudiante a fondé en 2017 le projet #adventskalenderumgekehrt sur Facebook. Une aide directe est offerte aux nécessiteux sous forme d'un colis alimentaire contenant au moins 24 aliments qui se conservent longtemps. Les donateurs s'inscrivent et s'engagent à fournir un paquet qui sera distribué aux personnes défavorisées. Julia Nickel agit comme intermédiaire entre les démunis et les bénévoles. Ces derniers couvrent tous les frais de nourriture, y compris l'affranchissement du colis. La valeur d'un paquet varie entre 120 et 300 francs. Concernant les frais de port, ils se montent généralement à une vingtaine de francs. Les colis peuvent être envoyés dans toute la Suisse.

«La première année, nous avons envoyé 43 colis à des personnes seules ou à des familles souffrant de pauvreté. Et la deuxième, une centaine de plus. Ce chiffre devrait encore être en progression le mois prochain», nous apprend Julia Nickel. Certains bénévoles ajoutent même parfois des cadeaux de Noël pour les enfants.

Naturellement, ce projet comporte son lot de profiteurs. «Certaines personnes recevaient également des aides d'autres horizons. Nous recommandons également de ne pas donner d'argent comptant. Beaucoup de personnes ayant des grosses difficultés financières ont tendance à rapidement dilapider leur fortune», explique la fondatrice.

Elle donne l'exemple

Julia Nickel fait également part de problèmes au sein des donateurs. «Certains mettaient à disposition moins de 24 produits ou annulaient à la dernière minute, sûrement car ils ne voulaient finalement pas dépenser leur argent». Mais des bonnes surprises arrivent parfois. «L'année dernière, un bénévole s'est dévoué à la dernière minute pour venir en aide à une famille démunie. Il a fait des courses pour une valeur de 300 francs et est ensuite allé apporter le tout à la famille. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point cette dernière était touchée par ce geste.»

La mère de famille a relancé son projet cette année. «Depuis le 1er novembre, nous recevons des demandes de personnes en quête d'assistance et de donateurs via notre groupe Facebook. Pour y adhérer il convient juste de faire une demande d'adhésion. Nous voulons simplement offrir de l'espoir et de la chaleur», précise-t-elle. Le thème de la pauvreté ne doit pas être passé sous silence.

Bien que l'Argovienne vive elle-même en dessous du seuil de pauvreté, elle offre tout de même un colis chaque année: Je choisis généralement une personne seule. Malheureusement, je ne peux pas me permettre plus, regrette-t-elle.

Bien aidée

Un projet aussi ambitieux ne peut pas se faire seule. Gabriela Langenegger lui apporte un grand soutien. «Il y a un important travail de fond pour que le projet se réalise. Gabriela a le cœur sur la main, sans elle, je ne pourrais pas faire tout cela. A la base, elle voulait offrir un paquet pour aider. Et maintenant, elle est au cœur du projet avec moi», raconte Julia Nickel.

Le succès de son projet prend d'ailleurs de l'ampleur. Cette année, la chef étoilée Meta Hiltebrand enverra quatre paquets réalisés par ses soins. Elle sponsorise également une «soirée fondue» pour une dizaine de familles dans son restaurant Le Chef à Zurich.

(pac/qll)