Suisse

09 novembre 2015 14:42; Act: 09.11.2015 16:35 Print

Drogue et orgies: des médecins s'alarment

Prendre des substances illicites et s'envoyer en l'air: cela s'appelle le «Chemsex». La pratique revient en force et inquiète les experts.

storybild

La cocaïne est largement utilisée dans ces «fêtes». (Photo: Keystone)

Une faute?

Une mode alarmante. C'est la définition que donnent les médecins britanniques au «Chemsex». Le but: consommer des drogues dures comme de la méthamphétamine ou du GHB et s'adonner à du sexe en groupe, parfois pendant plusieurs jours.

Sous l'influence de substances illicites, les participants ont tendance à ne pas se protéger. D'où un risque accru de transmission de maladies, telles que le VIH ou l'hépatite C. Les autorités du Royaume-Uni craignent une recrudescence des infections et tirent la sonnette d'alarme, révélait il y a peu «The Telegraph».

Jusqu'à l'inconscience

En Suisse aussi, cette tendance s'observe, selon Lars Stark, médecin-chef au centre d'études en addictologie (Arud) de Zurich. «Des amphétamines ou de la cocaïne sont consommées, ainsi que de l'alcool et du cannabis. Dans certains cas, les participants prennent du GHB, de la kétamine (aux effets proches du LSD) ou des poppers (vasodilatateurs). Le viagra est aussi régulièrement de la partie», explique-t-il.

Outre le risque de maladies sexuellement transmissibles, Lars Stark relève que les mélanges de drogues peuvent être très dangereux: «Cela rend les substances toxiques et dérègle le rythme cardiaque. Le GHB ou la kétamine peuvent aussi être la cause de pertes de conscience. Et les effets psychologiques peuvent être violents. Certaines drogues causent de l'anxiété, voire de la psychose», prévient le médecin.

Dépression et sautes d'humeur

Lars Stark a déjà eu affaire à des participants au «Chemsex». Il n'a jamais entendu parler d'orgies qui ont duré plusieurs jours, mais une nuit complète, oui. Leur but: enchaîner le plus de partenaires possible et tester des pratiques sexuelles qui sortent des sentiers battus. Et si ces gens ont, de manière générale, une vie bien rangée, tout peut basculer. «J'ai observé des cas de fortes déprimes et de troubles du comportement, qui peuvent apparaître quand la drogue ne fait plus effet.»

De son côté, Rainer Kamber, de l'association Santé sexuelle suisse, relève que la pratique existe depuis des années. Elle était particulièrement répandue dans les années 1980-1990, quand l'épidémie de VIH était à son paroxysme. Et son verdict est sans appel: «Ces fêtes sont malsaines à tous les égards. Mais le pire, c'est bien entendu le risque de maladie.» Selon lui, les participants à ces orgies sont des gens qui souffrent de dysfonctionnements psychologiques, comme la dépression: «C'est la seule façon d'expliquer ces comportements à risques.»

(vro/phi/dmz)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Kobalt le 09.11.2015 15:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et le plaisir, dans tout ça ?

    Dire que j'en suis resté aux notions dépassées de plaisir, de romantisme, d'intimité, de découverte de l'autre et de matins où l'on se réveille bien, comblé, aux côtés de l'amour d'une vie ou d'une soirée... Je ne suis vraiment pas à la page. Comment se fait-il que je sois heureux sans suivre ces " tendances " ?

  • CC le 09.11.2015 15:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stop

    Et bien attaquer vous à la source ! Trafiquants et autres ! C'est devenu tellement facile de s'en procurer, c'est juste incroyable.

  • Flooo le 09.11.2015 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    J'adore le 20min.ch

    Hier t'avais droit à un article "le catholicisme doit être réformé" et ajd "attention aux cocktails de drogues durant vos orgies". Vous êtes géniaux.

Les derniers commentaires

  • bossu le 11.11.2015 17:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Scandal

    C'est fortement déconseillé de prendre de la drogue avant d'avoir un rapport sexuel. Mais "juste" prendre de la drogue c'est permis ?

  • charlie le 10.11.2015 08:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    requiem

    regardez ce film magnifique "Requiem for a dream" et vous comprendrez et surtout ferez votre choix de vie......

  • Gibi le 10.11.2015 00:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Reflet de société

    Société de consommation et de performance. Il faut tout et tout de suite.

  • MA le 09.11.2015 21:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    CHEMSex, principalement chez les hommes homosexuel

    Le CHEMSex est un phénomène qui touche les hommes homosexuels entre 18-25. C'est très répandu a Londre, Amsterdam mais aussi Zurich. Il provoque en ce moment une hausse d'infections de HIV et hépatite c, justement chez les hommes homosexuels. De ne pas le mentionner dans l'article rends une fausse vision du phénomène

  • he le 09.11.2015 20:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    orgies

    et après on va s'étonner qu'ils mettent au monde des monstres