Bâle-Campagne

23 octobre 2019 12:21; Act: 23.10.2019 12:21 Print

Elle lâche une phrase homophobe devant un gay

Pour le socialiste Tobias Schaub, la fête post-électorale donnée dimanche lui a laissé un arrière-goût bien amer.

storybild

Tobias Schaub (à gauche) et Esther Meisinger (à droite). (Photo: DR/Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Un petit scandale s'est produit dimanche, pendant une fête donnée après les élections fédérales dans le canton de Bâle-Campagne. Tobias Schaub (PS) discutait avec Esther Meisinger (PBD), lorsqu'ils en sont venus à parler d'homosexualité. Et le socialiste a découvert que son interlocutrice avait une opinion plutôt tranchée: pour elle, l’homosexualité ne serait «pas naturelle» a-t-elle lancé au jeune homme, sans savoir qu'il était lui-même gay.

«J'ai été choqué»

«On a commencé à parler de thérapie de conversion. Ensuite, elle a affirmé que la sexualité pouvait être changée et que l'amour entre deux hommes n'était pas naturel», affirme Tobias Schaub. Le socialiste raconte avoir été choqué par les propos de sa collègue. «Je n'ai jamais été confronté à des propos homophobes aussi directs. Je lui ai dit que j'étais avec un homme depuis deux ans», poursuit Tobias Schaub.


Confrontation sur Twitter

Le jeune homme a fait part de sa colère sur Twitter: «Lors de l'élection d'aujourd'hui, la candidate au Conseil national du PBD, Esther Meisinger, a décrit ma sexualité (homosexuelle) comme «contre nature». Tolère-on vraiment l'homophobie dans ses rangs?»

Esther Meisinger n'a pas réagi mais son parti a pris sa défense: «Une telle histoire dirigée contre une personne était-elle nécessaire? Notre parti milite pour le mariage pour tous et est contre la discrimination. Même si nous ne savons pas dans quel contexte cette déclaration a été faite, nous nous en excusons.»


Esther Meisinger relativise

Interrogée dans la presse, Esther Meisinger a expliqué être influencée par son éducation chrétienne, tout en relativisant. «Je veux que ce soit clair: je ne suis pas homophobe. Je respecte Tobias Schaub et son partenaire et j'aurais aimé avoir une conversation personnelle avec eux», a déclaré la politicienne à la «Basler Zeitung». Elle affirme que, même si elle n'approuve pas l'homosexualité, ce n'est que son opinion personnelle et que cela ne l'empêche pas de respecter les couples homosexuels.

(las/vsm)