Zurich

04 février 2019 22:46; Act: 04.02.2019 22:46 Print

Elle poignarde un ado et accuse beau-papa des faits

Une trentenaire a poignardé un ado choisi au hasard, fin 2016 à Zurich, dans l'unique but de faire porter le chapeau à son beau-père. Son procès s'ouvre mardi à Zurich.

Une faute?

Les faits paraissent totalement improbables. Une Macédonienne de 35 ans et son frère de 32 ans comparaissent mardi devant le Tribunal de district de Zurich pour avoir tenté de tuer un adolescent qu'ils ne connaissaient même pas.

Selon «Blick», les faits se sont produits en novembre 2016 à Zurich. D'après l'acte d'accusation, la trentenaire a voulu «effrayer ou éventuellement tuer» son beau-père parce qu'elle était fâchée avec lui. Elle a alors demandé de l'aide à son frère, venu spécialement de Macédoine pour la soutenir.

Poignardé à 15 reprises

Les deux se sont procuré des cagoules, un sac un dos, des gants et deux couteaux avant de se rendre au domicile du beau-père à Zurich. Comme leur cible n'était pas à la maison, ils ont adapté leur plan: ils ont décidé de s'en prendre à l'adolescent habitant juste en face et de faire porter le chapeau au beau-père.

Selon l'acte d'accusation, ils ont profité de l'absence de la mère pour pénétrer dans l'appartement. Tandis que le frère de la trentenaire faisait le guet à l'entrée, sa frangine a pénétré dans la chambre du mineur. Elle a poignardé le jeune de 14 ans à plusieurs reprises. Or le garçon ne s'est pas laissé faire et a commencé à lutter avec son agresseuse. Après avoir été poignardé à 15 reprises, il est finalement parvenu à faire fuir les deux Macédoniens. L'ado était ensuite parvenu à se traîner jusque dans la cage d'escalier avant de s'écrouler. Comme par miracle, écrit «Blick», il a survécu.

«Nous sommes en train de divorcer»

De retour chez elle, l'accusée n'avait pas perdu son temps. Elle avait rédigé une lettre anonyme destinée à la police cantonale de Zurich. Dans l'écrit, elle avait accusé son beau-père de l'attaque. Celui-ci avait alors été interrogé par les forces de l'ordre, qui avaient aussi vérifié son alibi. Six mois plus tard, les enquêteurs étaient parvenus à démasquer la trentenaire et son frère. Depuis, ces derniers se trouvent en détention provisoire.

Interrogé par le quotidien alémanique, le mari de l'accusée n'a pas souhaité dire pourquoi son épouse était fâchée contre son beau-père. «Nous sommes en train de divorcer. Je ne sais pas pourquoi elle a fait ça. C'est un mystère. Mais je crois qu'elle est perturbée psychiquement à cause de la guerre dans notre pays d'origine. Elle a vu de ses propres yeux comment des membres de sa famille ont été tués.»

On ignore quand le verdict sera prononcé.

(ofu)