Sexting à Bâle

09 avril 2019 23:07; Act: 09.04.2019 23:07 Print

Le prof qui a piégé 200 enfants admet les faits

Un enseignant de 38 ans comparaît devant la justice pour des abus commis en ligne, ainsi que sur ses élèves.

storybild

Le pervers piégeait ses victimes sur les réseaux sociaux. (Photo: iStock/Fotostorm)

Sur ce sujet
Une faute?

Dès l’ouverture du procès, hier devant le Tribunal correctionnel de Bâle, le prévenu a admis sa culpabilité. Âgé de 38 ans, cet ancien enseignant dans un établissement secondaire de la région a reconnu avoir discuté avec des mineurs sur des plateformes internet de 2003 à 2013. Il leur demandait de se masturber devant leurs webcams. Il a ainsi recueilli des photos de ces jeunes ados nus. Il aurait fait plus de 250 victimes, dont la plus jeune n’avait que 9 ans. Il aurait également menacé les jeunes de publier les images volées s’ils ne lui en donnaient pas davantage. «C’était comme un jeu», a résumé le prévenu, démasqué par une enquête menée sur le web depuis le Royaume-Uni. L’ex-prof est accusé de coercition, d’actes sexuels multiples avec des enfants et de pornographie.

Repentir du prévenu

Au cours de l’audience, l’accusé a fait preuve de repentir. Il a noué des liens avec ses victimes, tant sur la Toile, où il se faisait passer pour un jeune garçon ou une adolescente, qu’auprès de ses propres élèves. Une de ses victimes au moins est un jeune qui participait à un camp de musique qu’il dirigeait. Il a même jeté son dévolu sur le fils d’un ami de longue date.

Lourde peine requise

Le Ministère public a requis une peine de prison de 6 ans et 3 mois. L’avocat du prévenu a rappelé qu’une partie des faits reprochés à son client étaient prescrits, en l’occurrence ceux ayant eu lieu avant avril 2012. Il a plaidé pour 15 mois de réclusion avec sursis. «La prison aurait un effet contre-productif sur mon client», a-t-il argumenté. Du reste, l’homme s’est engagé à poursuivre une thérapie, qu’il suit déjà, et à ne plus travailler avec des enfants. Le verdict est attendu pour demain matin.

(jd/jbm)