Justice

17 janvier 2020 17:09; Act: 17.01.2020 17:17 Print

Erwin Sperisen demande la révision de son procès

L'ancien policier guatémaltèque a été condamné en novembre 2019 à 15 ans de prison pour complicité d'assassinat.

storybild

Double national suisse et guatémaltèque, Erwin Sperisen a été arrêté en 2012 à Genève, où il s'était réfugié avec sa famille en 2007. (Photo d'archives) (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Erwin Sperisen a déposé une demande de révision de l'arrêt rendu le 14 novembre 2019 par le Tribunal fédéral. L'ancien chef de la police guatémaltèque avait été condamné à 15 ans de prison pour complicité d'assassinat.

La demande de révision ressort d'une communication diffusée vendredi par le service de presse du Tribunal fédéral. Lors de la publication en novembre dernier de l'arrêt confirmant la condamnation prononcée par le Tribunal pénal fédéral, les avocats de Sperisen avaient évoqué un verdict «incompréhensible» et annoncé leur intention de porter l'affaire devant la Cour européenne des droits de l'homme.

Dans un mémoire de 37 pages, Me Florian Baier et Giorgio Campa invoquent des moyens de preuve nouveaux, conformément aux dispositions de la loi sur le Tribunal fédéral régissant la révision. En l'espèce, il s'agit d'un rapport publié le 10 janvier au Guatemala et dénonçant les «manipulations» de la commission qui a monté l'essentiel du dossier d'accusation contre l'ancien chef de la police.

Erwin Sperisen a été condamné pour son rôle dans l'opération «Pavo Real» visant à reprendre le contrôle d'un pénitencier à la suite d'une mutinerie. En sa qualité de directeur général de la Police nationale du Guatemala (PNC) et vu sa présence sur place, Sperisen ne pouvait pas ignorer les détails de cette intervention supervisée par la PNC, avait estimé le Tribunal fédéral. Sept détenus considérés comme des meneurs avaient été abattus.

Double national suisse et guatémaltèque, Erwin Sperisen a été arrêté en 2012 à Genève, où il s'était réfugié avec sa famille en 2007. Le Ministère public genevois lui reprochait des faits remontant aux années 2004 à 2007, alors qu'il était directeur général de la PNC.

Libéré après cinq ans de détention, Erwin Sperisen a été à nouveau arrêté et incarcéré immédiatement après le verdict du Tribunal fédéral en novembre dernier. (affaire 6F_2/2020)

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Guinness.at le 17.01.2020 17:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Libertad

    Foutez lui donc la paix maintenant. Cher payé pour avoir mâté une mutinerie dans un pénitencier guatémaltèque où sont détenus des gens qui ne sont de loin pas des enfants de choeur. S'il ne l'avait pas fait, qui sait le nombre de morts supplémentaires aurait-il eu, personnel de détention compris ? Mieux vaut une mauvaise décision que pas de décision...

  • jn le 17.01.2020 17:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Drôle de Justice en Helvétie

    Au vu d'autres anciens dirigeants jugés en Espagne et au Guatemala, qui pour certains ont bénéficié d'un non-lieu, M. Sperisen devrait être blanchi.

  • Zola le 17.01.2020 21:20 Report dénoncer ce commentaire

    Une nouvelle affaire Dreyfus

    Un innocent est condamné par une justice politisée et partisane à Genève, et le tribunal fédéral n'a pas voulu désavouer les petits copains de l'autre bout du lac...

Les derniers commentaires

  • Karl le 20.01.2020 14:14 Report dénoncer ce commentaire

    Sperisen est innocent

    Sperisen est innocent ! Aucune autre personne a été condamné dans cette affaire. Cest un procès politique de nos magistrats socialo. Sil avait été un chef de la police de la Havane ou de Caracas il aurait été décrit comme un héros par nos magistrats socialos.

  • E. Xédé le 20.01.2020 04:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Point basta!

    Dans un état de droit on peut demander la révision de son procès, tout autre commentaire est superflu

  • Sans le 19.01.2020 10:43 Report dénoncer ce commentaire

    En taule et c'est tout

    Sperisen est un résidu de fond de toilettes. Essayer de faire croire que l'ex responsable de la police guatémaltèque est un mec bien sous tous rapports, c'est au mieux risible, au pire totalement insultant pour le peuple guatémaltèque qui en souffre depuis des décennies. Parce que sperisen n'est pas le dernier a pratiquer la violation systématique des droits de l'homme dans ce pays, malheureusement. Que ce type cesse de nous faire perdre du temps avec ses cris de vierge effarouchée.

  • JAQUES FACIAL le 19.01.2020 03:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    .. il faudrait décorer ce type..

    ... et le nommer à la tête de la police Suisse !

  • Bob le 18.01.2020 23:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et quoi encore

    Les morts, ils peuvent aussi demandé la révision du procès??