Affaire Kadhafi

19 juin 2010 13:44; Act: 19.06.2010 13:49 Print

Eveline Widmer-Schlumpf évoque l'ONU

Le comité des droits de l'homme de l'ONU serait l'organe adéquat pour surmonter la crise des otages avec la Libye, estime la ministre de la justice Eveline Widmer-Schlumpf.

Sur ce sujet
Une faute?

Il s'agit de clarifier de quelle manière un Etat peut traiter les citoyens d'un autre Etat.

Un examen du comportement de la Libye pourrait être suggéré au comité onusien, a déclaré la Grisonne à la radio alémanique DRS samedi. A cela s'ajoute la question de la fidélité contractuelle. La plainte d'un privé contre Muammar et Hannibal Kadhafi ferait également partie de la question.

Le tribunal arbitral international est l'un des facteurs qui permettra de clarifier les circonstances de l'arrestation à Genève d'Hannibal Kadhafi. L'autre aspect est la détention de citoyens d'un Etat étranger, ce qui est contraire au droit international. Pour la conseillère fédérale, il importe d'éviter une escalade mais d'examiner les choses rationnellement.

L'aspect de politique intérieure de l'affaire doit être traité rapidement et de manière transparente, selon la ministre. Les commissions de gestion et le Conseil fédéral s'y penchent, rappelle- t-elle. Un premier enseignement est que les conseillers fédéraux s'informent mieux sur les dossiers importants.

Eveline Widmer Schlumpf comprend que les rumeurs apparues sur une éventuelle opération d'exfiltration puissent inquiéter la population. L'ensemble ne doit pas être traîné pendant des semaines, à son avis. La population a le droit d'être informée.

(ats)