Suisse

30 août 2017 19:36; Act: 30.08.2017 19:36 Print

Faut-il inscrire le sexe neutre dans le passeport?

par Silvana Schreier/ofu - Le Canada autorise les personnes ne s'identifiant ni comme homme ni comme femme à utiliser la mention «X» sur leurs documents d'identité. Une idée qui plaît aussi à certains Suisses.

Sur ce sujet
Une faute?

Les individus qui ne s'identifient ni au sexe féminin ni au sexe masculin disposent désormais d'une troisième option au Canada. Le gouvernement a annoncé jeudi dernier que les personnes concernées pourraient faire inscrire la mention «X» sur leurs documents d'identité. Cette annonce vise à faciliter l'obtention de passeports, documents de voyage ou d'immigration «qui correspondent mieux à leur identité sexuelle», ont précisé les autorités.

Sondage
Devrait-on inscrire le sexe neutre dans les documents d'identité suisses?
27 %
66 %
7 %
2133 participants

En Suisse, les personnes intersexuelles n'ont pas cette possibilité. Elles doivent choisir entre être un homme ou une femme. La conseillère nationale Sibel Arslan (BS/Verts) s'engage depuis des années pour l'égalité des sexes. Elle salue la récente décision des autorités canadiennes: «C'est un grand progrès pour les personnes intersexes qui peuvent désormais décider comment elles souhaitent se définir.» Elle note cependant que l'introduction d'un sexe neutre risque de poser aussi quelques problèmes: «Les individus ayant la mention X dans leur passeport risquent de rencontrer des difficultés s'ils doivent constamment expliquer ce choix.»

Un «phénomène de mode»

«Le X représente toutes les identités sexuelles qui ne sont pas clairement féminine ou masculine. Rajouter cette simple option aux deux existantes facilite la vie d'un grand nombre de personnes», explique de son côté Janna Kraus de Transgender Network Schweiz, l'association nationale par et pour la population trans*. Janna Kraus soutient l'introduction d'une mention «X» en Suisse.

Le conseiller national Sebastian Frehner (BS/UDC) ne comprend en revanche pas toute cette effervescence autour de la question des sexes: «Il y a dix ans, personne ne parlait de ça. Pourquoi est-ce si important maintenant?» Selon lui, ne pas correspondre à la norme est devenu un phénomène de mode. «Car normalement on est soit un homme soit une femme, on est hétérosexuel et on veut une famille.»

Pas à l'ordre du jour

Le politicien agrarien a un avis critique envers la décision prise par le Canada: «Si cette troisième option permettait aux gens concernés de se sentir mieux, alors pourquoi pas? Mais ces personnes le font uniquement pour revendiquer certaines choses comme les toilettes spéciales, les partenariats enregistrés ou le droit à l'adoption.» Ce n'est pas parce qu'on se sent différent qu'on doit faire changer son sexe dans le passeport, estime-t-il. «Au final, je ne fais pas non plus changer la couleur de mes yeux dans mes documents d'identité juste parce que la couleur de mes yeux ne me plaît pas.»

Contacté, l'Office fédéral de la justice explique que l'introduction d'un troisième sexe n'est pas à l'ordre du jour. Eduard Jaun, responsable des relations publiques du bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes, précise néanmoins: «Un projet concernant le changement de sexe dans les registres de l'état civil pour les personnes intersexes et transgenres est actuellement en cours d'élaboration au sein de l'Office fédéral de la justice.» Le projet sera probablement mis en consultation en novembre prochain.

*voir encadré