Suisse

25 avril 2019 06:27; Act: 25.04.2019 06:27 Print

Fedpol mobilisé contre le terrorisme

La lutte contre le terrorisme est restée au coeur des activités de fedpol l'an passé, notamment avec les attentats de Strasbourg.

storybild

Un bâtiment administratif de la Confédération suisse, dans lequel se trouve l'Office fédéral de la police Fedpol, le 25 novembre 2014 à Berne. (Photo: Keystone)

Une faute?

La lutte contre le terrorisme a continué d'occuper fedpol l'année dernière. L'auteur des attentats de Strasbourg en décembre dernier était connu des services de police en Suisse, mais pour des cas de délinquance. L'identification des individus radicalisés reste difficile, reconnaît la police fédérale.

Le parcours du terroriste de Strasbourg est emblématique du parcours des individus radicalisés, écrit fedpol dans son rapport annuel publié jeudi. Les facteurs déclencheurs de la radicalisation sont difficiles à déterminer, même si la Suisse a mis en place un paquet d'instruments à disposition des autorités cantonales et fédérales.

Chaque cas est unique, mais pour trouver des réponses, la police fédérale a notamment analysé le profil des personnes parties de la Suisse pour faire le djihad. Selon les chiffres du Service du renseignement de la Confédération, elles sont un peu moins d'une centaine.

L'âge moyen des djihadistes qui se sont rendus dans une zone de conflit entre 2012 et 2018 est de 32 ans. Près de la moitié sont Suisses et la moitié de ceux-ci ont une double nationalité. Au moins un tiers des cas analysés montre un passé criminel (atteintes à la propriété, histoires de moeurs, stupéfiants, ou crimes violents).

Moins d'expulsions

Avec l'augmentation de la menace djihadiste, la police fédérale a ordonné cinq expulsions l'année dernière, rappelle fedpol. En 2017, 13 expulsions avaient été ordonnées. Sur les cinq expulsions sollicitées l'année dernière, deux n'ont pas pu être mises en oeuvre. Il s'agit de personnes menacées de torture ou de mort dans leur pays à leur retour, explique la police fédérale. Au total, cinq Irakiens ayant fait l'objet d'une demande d'expulsion depuis 2016 se trouvent dans cette situation en Suisse. Fedpol a en outre prononcé 106 interdictions d'entrées. Parmi ces cas, 78 étaient motivés par des activités liées au terrorisme contre 140 en 2017.

Faux billets

Le rapport présente aussi les activités de fedpol en matière de criminalité économique, de crime organisé, de lutte contre le hooliganisme ou de faux monnayage. On y apprend que le montant annuel des faux billets découverts en Suisse, toutes devises confondues, s'est élevé entre 4 et 5 millions de francs entre 2006 et 2018. Un chiffre stable, selon fedpol.

Les contrefaçons en francs ont atteint un demi-million de francs. Un résultat peu important selon fedpol en regard des 72 milliards de francs en circulation. La monnaie helvétique est particulièrement difficile à falsifier, relève le rapport.

(nxp/ats)