Diplomatie

29 octobre 2019 18:03; Act: 29.10.2019 18:23 Print

Fin du voyage controversé dans le Golfe pour Maurer

Les visites d'Ueli Maurer en Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis ont pris fin mardi. Des questions liées aux droits de l'homme ont été évoquées.

storybild

Ueli Maurer a notamment donné le premier coup de pioche symbolique des travaux de construction du pavillon suisse pour l'Expo 2020 à dubaï. (Photo: Keystone/illustration)

Une faute?

Le président de la Confédération Ueli Maurer a achevé mardi ses visites controversées dans le Golfe. Des questions relatives à l'Etat de droit, la démocratie et les droits de l'homme ont été abordées, tant avec les Emirats arabes unis (EAU) qu'avec l'Arabie saoudite.

Le conseiller fédéral, qui s'est rendu à Abou Dhabi, Dubaï et Riyad, était accompagné par une délégation financière, rappelle le Département fédéral des finances (DFF) dans un communiqué. Outre les droits de l'homme ou la démocratie, la situation politique et les bons offices de la Suisse ont notamment été évoqués dans les deux pays.

A Riyad, Ueli Maurer a entre autres rencontré le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud et le prince héritier Mohammed ben Salmane. Ce dernier avait été mis en cause dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

En lien avec cette affaire, mais aussi en raison de la situation en matière de droits de l'homme, la visite d'Ueli Maurer avait suscité la controverse. Mohammed ben Salmane dément de son côté avoir ordonné l'assassinat du journaliste, mais dit en porter la responsabilité en tant que dirigeant du royaume.

Lors de sa visite à Riyad, le président de la Confédération a notamment insisté sur les opportunités qu'offre pour les changes bilatéraux et la coopération le plan de réformes «Vision 2030» de l'Arabie saoudite, en matière notamment d?innovation, de formation et de financement durable.

Equipe de basket à Macolin

Il a par ailleurs prononcé à Riyad l'un des discours d'ouverture au congrès international du sommet Future Investment Initiative. Ueli Maurer s'est exprimé sur la démocratie helvétique vue comme système d'alerte précoce et a souligné l'approche ambitieuse de la Suisse en matière de développement et d'innovation technologique.

Le conseiller fédéral a en outre évoqué le développement durable sous l'angle de la société, de la gouvernance et de l'environnement. Il a rappelé le système suisse de formation et la place des hautes écoles.

Juste avant son retour en Suisse, M. Maurer a assisté à un entraînement d'une équipe de basket féminine saoudienne en compagnie de la pionnière de ce sport dans son pays Lina Almaeena. Le conseiller fédéral a invité une équipe saoudienne à venir s'entraîner pendant une semaine à Macolin (BE), au Centre national de sport.

Pavillon suisse

Aux EAU, M. Maurer a notamment donné dimanche le premier coup de pioche symbolique des travaux de construction du pavillon suisse pour l'Expo 2020, dont la construction débutera début novembre.

Ce pavillon s'était retrouvé au centre d'une polémique l'été dernier lorsqu'on avait appris que le cigarettier Philip Morris en était l'un des principaux sponsors. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) avait finalement renoncé à ce partenariat.

Outre cette inauguration, Ueli Maurer a rencontré dimanche le prince héritier Mohammed ben Zayed Al Nahyane, le premier ministre Mohammed ben Rachid Al Maktoum, ainsi que la ministre de la coopération internationale et directrice générale d'Expo 2020 Reem Al Hashimy.

Dialogue financier

Accompagné de la secrétaire d'Etat Daniela Stoffel, directrice du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales, le chef du DFF s'est entretenu avec son homologue émirati, Obaid Bin Humaid Al Tayer, afin de conduire le deuxième dialogue financier avec les EAU. Il s'est par ailleurs rendu à des manifestations réunissant des experts en fintech et en finance durable.

Les entretiens avaient pour but de permettre le développement des relations bilatérales entre la Suisse et les EAU dans un grand nombre de domaines. La mise en oeuvre de l'accord de libre-échange entre l'AELE et le Conseil de coopération du Golfe a notamment été évoquée. Les échanges ont aussi porté sur l'échange automatique de renseignements et la convention bilatérale de double imposition.

(nxp/ats)