Fonctionnaires fédéraux

14 avril 2019 11:05; Act: 14.04.2019 11:37 Print

Et le département avec le plus d'absents est...

Les employés de la Confédération sont souvent malades. Et cela coûte très cher. C'est chez Ueli Maurer que l'on se porte le plus souvent pâle.

storybild

Les employés fédéraux ont manqué 254'000 jours de travail l'an dernier. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'absentéisme touche de plein fouet les fonctionnaires fédéraux. Selon une statistique publiée par la «SonntagsZeitung» dimanche, les quelque 40'000 employés de la Confédération ont manqué en 2018 pour des raisons de maladie 254'000 jours de travail. Ce qui représente l'équivalent de 1154 ans de travail à 100% (220 jours ouvrables).

Comparés au nombre d'absences pour maladie dans d'autres secteurs de l'économie, les chiffres de l'administration publique sont élevés, relève le journal: ils sont un quart plus hauts que ceux de l'hôtellerie et de la restauration et que ceux de la banque et des assurances.

Selon l'enquête, ce sont surtout les unités administratives qui sont touchées par cet absentéisme. Si du côté de Berne, on invoque une vague de grippe, du côté de la société Synaps Care, qui s'occupe de la gestion des maladies au travail, on a une autre explication. Selon son patron Chris Holzach, les problèmes structurels et de gestion sont souvent à l'origine des taux de maladie élevés d'une entreprise. «En outre, la pression au travail laisse des traces», abonde Janine Wicki, secrétaire générale de l'Association fédérale du personnel.

Le plus fort taux d'absence chez Ueli Maurer

C'est chez Ueli Maurer que l'on a été le plus souvent malade en 2018. Le département des Finances enregistre en effet une moyenne de 8,7 jours de maladie par employé. Ceux-ci ont été absents 344 ans pour un coût estimé à 76 millions de francs. Une raison qui s'expliquerait par le fait que selon la dernière enquête menée auprès du personnel, c'est dans ce département que la satisfaction au travail est la plus faible.

Après le département d'Ueli Maurer, c'est au département de Justice et police de Simonetta Sommaruga qu'on dénote le plus grand nombre d'absences (8,2 jours) l'an dernier. Il précède le département de l'Intérieur d'Alain Berset (7,7 jours). Suivent le département de la Défense, à égalité avec celui des Transports (6,8), devant celui de l'Economie emmené l'an dernier par Johann Schneider-Ammann (6,7). Enfin, c'est aux Affaires étrangères que l'0n tombe le moins souvent malade (5,2 jours). Peut-être parce que son chef, Ignazio Cassis est médecin?

254 millions de francs en 2018

Une chose est sûre: ces absences coûtent cher à la Confédération. En plus des dépenses liées au maintien du salaire, il y a aussi des coûts qui se rajoutent, comme ceux des employés présents qui doivent faire des heures supplémentaires pour compenser la maladie de leurs collègues. Selon l'Office fédéral du personnel (OEB), ils représentent quelque 1000 francs par jour de maladie. Au total, l'administration estime à 254 millions de francs les dépenses pour les congés maladie de ses employés. Un argent que la Confédération doit prélever sur ses fonds propres parce qu'elle n'a pas d'assurance d'indemnités journalières de maladie.

(cht)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bel Ami le 14.04.2019 11:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Scandaleux

    J'ai travaillé à l'hospice général...et venant du privé j'ai été choqué par le nombre incroyable d'absentéisme. Ces gens-là n'ont aucun mérite, ils ont une position privilégiée et se tapent 3 mois de congé-maladie par année et je n'exagère pas + 6 semaines de vacances. Mais eux sont bien vu, car ils ont un « travail », alors qu'en réalité ils ont encore moins de mérite que des chômeurs qui se démènent pour trouver un travail et se font rabaisser par la société et même parfois par leurs conseillers en placement.

  • GEmindigne le 14.04.2019 11:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pire qu'au privé

    Le scandale Car Postal aurait pourtant dû faire réfléchir. A la suite, il aurait fallut prendre des décisions, assumer ses responsabilités et mettre en place une stratégie permettant de limiter les dégâts et remotiver ceux qui pourraient l'être. En lieu et place, "on a pris note". Travailler dans une grande administration fédérale, c'est avoir la pression sur les coûts comme au privé (Car Postal, CFF, Swisscom...), ce sont de jeunes managers qui trouvent fun de vous tutoyer mais incapables de lutter contre le harcèlement que cela peut engendrer, qui privilégient leurs carrières par de la vision à court terme, c'est voir des anciens partir dégoûtés ou rester avec 30% de salaire en moins (la Poste) et donc bosser en mettant nettement moins de coeur à l'ouvrage, c'est une gestion des cas de santé qui pousse vers la sortie sans garantie AI par tous les moyens, légaux ou pas (CFF), ce sont des services entiers déplacés dans une autre partie de la Suisse, sans garantie pour les "déplacés" de pouvoir être intégrés sans provoquer un inéluctable déménagement parce que les horaires de service ne sont pas faits en conséquence, ce sont des restructurations se suivant les unes derrière les autres signifiant des licenciements économiques, des laissés pour compte et beaucoup de démotivés-lassés car ça baisse les salaire au passage ou les cahiers des charges sont vidés de leur substance, c'est utiliser de plus en plus de temporaires ou engager des hauts-diplômés étrangers qui se permettent de faire du chantage au salaire démesuré (CFF) au détriment des Suisses, qui perdent leur job et vont grossir les statistiques du social...

  • Early Bird le 14.04.2019 13:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une autre explication

    Une autre explication... moins médicale celle-ci. Les fonctionnaires n'ont simplement pas à craindre d'être renvoyés....alors un petit coup de blues. Un week-end trop éreintant et hop on se porte pâle....on va pas me dire que les virus sont spécialement attirés par les fonctionnaires!!!

Les derniers commentaires

  • Phil le 16.04.2019 09:19 Report dénoncer ce commentaire

    Petite précision

    254'000 jours d'absence / 40'000 = 6.35 jours d'absence par employé de la Confédération en moyenne. Cela donne un taux d'absentéisme de 2.886% (6.35 / 220), inférieur à la moyenne nationale qui est de 4%, secteur privé et public confondu (

    • Patriote le 17.04.2019 10:17 Report dénoncer ce commentaire

      Privé pas mieux que le public!

      Merci pour ces précisions! D'autant plus que la Confédération fait preuve de transparence en publiant ces chiffres, ce qui n'est pas le cas de bon nombre d'entreprises où la situation est parfois bien pire! J'ai travaillé dans le privé durant plus de 10 ans, et le taux d'absentéisme dépassait largement les 6.35 jours par an...

  • Jean Bon le 15.04.2019 07:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Climat

    J'ai une fois travaillé dans une entreprise privée où le taux d'absentéisme flirtait avec les 10%. Je ne connais pas le taux exact de mon entreprise actuelle mais c'est clairement plus bas. La grosse différence était le climat de travail. Quand le management n'arrête pas de presser le citron et n'est jamais reconnaissant pour l'effort fourni, les gens tombent plus facilement malades. On entend plein de choses sur les fonctionnaires, mais je crois que s'ils travaillaient aussi peu que ce que certains prétendent, toutes nos démarches administratives prendraient plus de temps

  • KZ le 15.04.2019 06:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cliché

    Tous ces commentateurs qui croient connaître comment cela se passe, tant à la Confédération que dans le privé, alors que ce n'est qu'une amalgame de clichés. C'est une question d'organisation et de management. Et ça, on peut le trouver dans les 2 camps.

  • Zaratoustra le 15.04.2019 06:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tu bosse bien bon salaire,toujours malade, le mini

    C'est très facile d'y remédier :SALAIRES AU MÉRITE

  • hé hé le 15.04.2019 05:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Privilégiés

    Dans le privé, 1er jour d'absence maladie non payé et ensuite 20% de réduction de salaire pour les jours suivants. Dans l'administration, salaire à 100% dès le premier jour d'absence. Fonctionnaires vous êtes des privilégiés!

    • Suisse? le 15.04.2019 07:04 Report dénoncer ce commentaire

      Vous travaillez en

      Je ne sais pas où vous travaillez, pour avoir directement -20% c est après 3 mois!