Insolite

27 janvier 2014 10:00; Act: 27.01.2014 12:21 Print

Golf: une assurance paie la tournée générale

Une société propose de prendre en charge les frais liés aux «Hole-in-one-Party». La tradition veut qu'un joueur ayant réussi un trou en un coup offre à boire à ses adversaires.

Une faute?

C'est le rêve de tous les golfeurs: réaliser un «hole-in-one» au cours d'une compétition, à savoir que sa balle atteigne son objectif en un seul coup. Mais cet exploit a son prix. Comme le veut la tradition, ceux qui le réalisent doivent, à la fin de la partie, payer la tournée à tous les autres joueurs. Une assurance proposée par Allianz Suisse permet de couvrir les frais occasionnés par ces «Hole-in-one-Party». Contre une prime annuelle de 42 fr., l'assureur prend en charge l'apéro, pour un montant allant jusqu'à 3000 fr. Seules conditions: le trou en un doit avoir été effectué au cours d'une compétition officielle et doit avoir été observé par au moins un témoin, écrit le «Tages-Anzeiger». Cette assurance ne sert pas uniquement à mettre 3000 fr. à disposition des golfeurs, selon Allianz. «Cela peut aussi contribuer à augmenter le prestige d'un golfeur. Le client peut raconter aux autres membres de son club qu'il s'est assuré contre son propre coup en un», explique le porte-parole de la société, Harry Meier.

Selon le quotidien alémanique, cette offre fait partie des assurances que des personnes paient sans en avoir réellement besoin. «De manière générale, les assurances doivent servir à couvrir des frais qu'on ne peut pas supporter soi-même. Il faut toujours évaluer les dégâts qu'un risque -– tel qu'un incendie -– pourrait engendrer. Si la personne n'a pas assez d'argent pour venir à bout de ces éventuels frais, alors il est conseillé de se faire assurer,» confirme Stefan Thurnherr, expert en assurances auprès de VZ Vermögenszentrum, une société indépendante de conseils financiers.

Ainsi, les assurances ménage contre les vols par effraction ou les incendies sont souvent très utiles. La responsabilité civile est elle aussi non-négligeable. «Le risque de blesser un skieur sur les pistes est très petit. Mais si cette personne se retrouve grièvement blessée et ne peut plus aller travailler alors ça peut engendrer des frais très élevés», explique Stefan Thurnherr.

(ofu)