Medias

03 juillet 2018 16:08; Act: 03.07.2018 19:40 Print

Grève des journalistes romands de Tamedia

Les journalistes de Tamedia Publications Romandes exigent que l'éditeur zurichois renonce aux licenciements prononcés depuis le mois de juin.

Voir le diaporama en grand »
Dans la rédaction du Matin, du groupe Tamedia. (vendredi 20 juillet 2018) Gregoire Nappey, debout, rédacteur en chef du journal «Le Matin», du groupe Tamedia. A sa droite, Simon Koch, rédacteur en chef adjoint. Au bureau, le directeur artistique, Adriano Fagioli, s'attelle à confectionner les pages de la dernière édition imprimée, prévue le 21 juillet 2018. La grève a été suspendue chez Tamedia. La médiation des cantons de Vaud et Genève a été acceptée. (Jeudi 5 juillet 2018) Plus de 200 personnes ont manifesté mercredi à Lausanne pour soutenir la grève à Tamedia et dénoncer les menaces de l'éditeur. (Mercredi 4 juillet 2018) Les journalistes des quotidiens «Le Matin», «24 Heures» et «Tribune de Genève» protestent notamment contre la fin du quotidien orange. (Jeudi 5 juillet 2018) L'entreprise de presse zurichoise Tamedia a annoncé la fin du «Matin» pour le 21 juillet. (Jeudi 5 juillet 2018) Une quarantaine de licenciements ont été signifiés jeudi passé. (Jeudi 5 juillet 2018) (Jeudi 5 juillet 2018) Les trois quotidiens payants de Suisse romande ont paru en version allégée durant deux jours. (Jeudi 5 juillet 2018) (Jeudi 5 juillet 2018) La grève a été décidée mardi. Elle devait s'étendre de mardi 16 heures à mercredi minuit. (Jeudi 5 juillet 2018) Le mouvement de grève pouvait être reconductible. (Jeudi 5 juillet 2018) (Jeudi 5 juillet 2018) Un appel de soutien aux employés de Tamedia, qui sont en grève, a été lancé. Pour sa part, le groupe zurichois a demandé à l'Office vaudois de conciliation d'intervenir. (Mercredi 4 juillet 2018) Les quotidiens de Tamedia sont apparus bien amaigris, mercredi matin. Ainsi, l'édition du «Matin» se résume à vingt-quatre pages, soit une vingtaine de moins qu'à l'accoutumée. (Mercredi 4 juin 2018) Les journalistes de Tamedia Publications Romandes exigent que l'éditeur zurichois renonce notamment aux licenciements prononcés depuis le mois de juin. (Mardi 3 juillet 2018) Une centaine de personnes se sont rassemblées devant la tour de l'avenue de la gare, dont les conseillers nationaux socialistes Samuel Bendahan et Rebecca Ruiz. (Jeudi 28 juin 2018) Elisabeth Di Blasi, de Syndicom, affiche la couleur. (Jeudi 28 juin 2018) Les licenciements ont été annoncés individuellement. Tamedia va procéder à 36 licenciements, dont 22 dans la rédaction, et à quatre réductions de temps de travail. (Jeudi 28 juin 2018) Dominique Diserens, secrétaire centrale d'impressum et Stéphanie Vonarburg, du syndicat Syndicom, devant la tour de l'avenue de la gare à Lausanne. (Jeudi 28 juin 2018) Réunis à la mi-journée en assemblée générale, une centaine de collaborateurs a décidé à une écrasante majorité de laisser «une dernière chance au dialogue». (Jeudi 28 juin 2018)

Une faute?

Des journalistes romands de Tamedia ont entamé mardi à 16h00 une grève prévue jusqu'à mercredi minuit, reconductible. Ils demandent à l'éditeur de renoncer aux licenciements prononcés depuis juin. Tamedia exige la fin «immédiate» du mouvement.

Ils étaient une petite centaine à s'être réunis devant la Tour Edipresse à Lausanne mardi alors que débutait le match de football Suisse-Suède. Sur le dos d'une partie d'entre eux et sur des barrières, des manchettes de journaux sur lesquelles on pouvait lire «En grève».

C'est à une très large majorité que peu avant, les rédactions romandes (24 heures, Tribune de Genève et Le Matin) ont pris la décision de faire grève, indiquent impressum et syndicom. Elles demandent à Tamedia de «s'engager sérieusement, intensément et sans exclusion préalable d'aucune sorte» dans un processus de sauvegarde de la diversité de la presse romande. Elles exigent aussi «le retrait des licenciements» annoncés depuis juin.

Indignés

Les journalistes se disent «indignés» par l'annonce de la fin du Matinpapier et par les licenciements signifiés par Tamedia alors qu'une procédure de conciliation était en cours. Une procédure que nous avons résiliée dans l'après-midi, explique Patricia Alcaraz, secrétaire régionale chez syndicom à Keystone-ATS.

«Par rapport à nos revendications, il n?en est rien ressorti». Et d'ajouter que les récents licenciements prononcés par Tamedia durant son déroulement sont à leurs yeux une mesure de coercition.

Mesure de coercition

Interrogé sur ce point, le porte-parole de Tamedia pour la Suisse romande, Patrick Matthey conteste. «D'après le texte de loi sur lequel nous nous appuyons, les licenciements collectifs durant la conciliation ne sont pas une mesure de coercition alors que la grève si».

Et Tamedia de demander aux grévistes de cesser «immédiatement» leur mouvement. L'éditeur menace de résilier la convention collective de travail (CCT) et l'accord interne si son appel n'est pas entendu. A ses yeux, cette grève est «illicite» et «disproportionnée».

Depuis le 28 juin, la phase de négociation d'un plan social a débuté. «Il est faux d'affirmer que Tamedia aurait rompu tout dialogue de manière unilatérale», souligne l'éditeur.

Situation tendue

La tension est palpable. A l'extérieur, plusieurs journalistes expliquent que la direction de Tamedia a fait pression sur les employés pour qu'ils ne fassent pas grève. Si celle-ci devait se poursuivre, le groupe se réserve le droit de résilier les contrats de travail pour justes motifs, soit avec effet immédiat, de ceux qui continueront le mouvement, a-t-il menacé.

Reste que tous ne prennent pas part à la grève à l'image de la majorité de la rédaction de 20 minutes.«Ils ne se sentent pas directement concernés», estiment plusieurs personnes interrogées. «L'absence de solidarité des autres titres ces dernières années à leur égard a aussi laissé des traces», glisse un journaliste.

Quelle diffusion

Aux alentours de 17h00, Patrick Matthey soulignait que la priorité était de sortir les journaux mercredi. «On s'est organisé depuis ce matin». En début de soirée, impossible de savoir quel titre sera diffusé, ni sa pagination.

Mercredi dernier, Tamedia a annoncé qu'il rejetait les propositions pour éviter la disparition de la version papier du Matin, prévue à partir du 21 juillet.

L'éditeur affirmait qu'il allait procéder à 36 licenciements, dont 22 dans la rédaction, et à quatre réductions de temps de travail. Le personnel et les syndicats avaient ensuite adressé un ultimatum à Tamedia à mardi midi.

(nxp/ats)