Primes maladie

24 septembre 2015 19:07; Act: 24.09.2015 19:33 Print

Hausse des primes: entre colère et incompréhension

Qualifiée d'«excessive» et d'«injustifiable», la hausse des primes maladie 2016 annoncée jeudi a provoqué de nombreuses réactions.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les propositions de réformes ne manquent pas, mais les intérêts en jeu divergent tant que la patience demandée par Alain Berset relève de l'euphémisme.

Les plus remontés sont sans surprise les deux cantons (Neuchâtel et Jura) où les primes explosent près de deux fois plus que la moyenne nationale. Confronté à la plus importante hausse jamais enregistrée dans ce canton, le Conseil d'Etat neuchâtelois dénonce un «système à la dérive». Selon lui, le Parlement fédéral doit redonner aux pouvoirs publics de réelles possibilités de contrôle et de conduite.

Le gouvernement neuchâtelois souligne que les évolutions prévues sont totalement disproportionnées d'un assureur à l'autre. De plus, la justification apportée dans la fixation du niveau des primes est totalement incohérente et non valablement documentée par certains assureurs.

Défaut d'information

Le ministre jurassien de la santé s'emporte également devant «l'opacité de certains assureurs face aux cantons». Pour Michel Thentz, «une telle hausse n'est pas justifiable et n'est pas supportable. On est dans une distorsion entre la réalité et les primes que les assureurs nous imposent», a-t-il déclaré.

A l'instar du Parti socialiste, qui soupçonne les assureurs d'avoir volontairement contenu les primes l'an dernier, quelque temps avant la votation sur la caisse unique et publique, les autorités neuchâteloises relèvent aussi que les primes des précédents exercices avaient été fixées à des niveaux insuffisants pour couvrir les coûts, notamment chez Assura.

Pire sans l'intervention fédérale

Mieux lotis que les cantons de l'Arc jurassien, ceux du Bassin lémanique partagent néanmoins leurs critiques. Spécialistes reconnus de la politique de la santé, leurs conseillers d'Etat renchérissent.

«Nous n'avons reçu aucune explication convaincante pour les hausses d'Assura. Mais je reconnais que pour une fois l'intervention des autorités fédérales a eu un effet, avec une hausse réduite d'un tiers. Mais cela reste une augmentation très forte», a déclaré à l'ats le conseiller d'Etat socialiste Pierre-Yves Maillard.

Pendant trois ans, les primes d'Assura sont restées identiques, rappelle le ministre. C'est particulièrement incompréhensible pour les enfants, avec 16% de hausse d'une année à l'autre dans le canton de Vaud, ça ne peut pas être dû aux coûts», selon lui.

Droit dans le mur

Pour son homologue Maura Poggia, du MCG, «tout le système va droit dans le mur». Jugeant que cette nouvelle hausse, «excessive», n'est pas justifiée en regard du niveau élevé des réserves, le Genevois se fâche surtout parce que les efforts du canton pour maîtriser les coûts de la santé ne sont pas récompensés. Il n'y a pas de corrélation entre ces derniers et l'augmentation des primes.

Et le ministre d'ajouter qu'«on demande à tout le monde, aux HUG, à la population de faire des efforts. Tout cela pour aider les Schwytzois à garder des primes basses», note-t-il.

Pour le camp rose-vert, la course à la surenchère en matière d'équipements des hôpitaux, encouragée par la concurrence, est l'une des raisons de la hausse des coûts de la santé. Les pouvoirs publics doivent donc reprendre la main afin de réduire le pouvoir des assurances.

Une des solutions avancées par la présidente de l'Organisation suisse des patients, la conseillère nationale Margrit Kessler (PVL/ZH), serait que les cantons financent également l'ambulatoire sur le même modèle que les soins hospitaliers stationnaires.

Les pièges des assureurs

A ce propos, la fédération romande des consommateurs (FRC) donne l'exemple des modèles alternatifs de soins, recommandés par les autorités comme un bon moyen de réduire ses primes. De tels modèles représentent «une bonne idée en termes de santé publique», note Joy Demeulemeester, responsable politique de la santé à la FRC. Le problème est que les règles sont dictées par les assureurs et recèlent plein de pièges, a-t-elle ajouté, précisant qu'un des objectifs de la FRC est de mettre un cadre légal à ces modèles.

La porte-parole des consommateurs tient aussi à relativiser le chiffre de 4% correspondant à la hausse moyenne nationale. Ce chiffre ne dit pas grand chose. Il ne concerne que peu d'assurés, sachant notamment qu'il ne tient pas compte des modèles alternatifs de soins, qu'ont choisis près de la moitié des assurés, ou des franchises supérieures.

En guise de réaction, la gauche va s'activer dans les cantons afin que ceux-ci augmentent leur subventionnement des primes, ou du moins ne le sacrifient pas sur l'autel des économies.

Assura se défend

Attaquée de toutes parts, Assura affirme qu'elle demeure malgré tout l'assureur le meilleur marché de Suisse, avec des primes moyennes de 10% inférieures. Ceci notamment parce que la caisse compte une majorité d'assurés ayant choisi la franchise la plus élevée à 2500 francs, autrement dit des bons risques.

Mais en 2014 Assura a accueilli 150'000 nouveaux assurés, connaissant en parallèle une forte progression de ses prestations. Dans le même temps, et vu qu'elle comptait beaucoup de bons risques, elle a été le principal contributeur du système de compensation des risques, en versant plus de 573 millions de francs dans le pot commun.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • biensur le 24.09.2015 20:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une arnaque de plus

    Pourquoi stopper un afflux d'argent frais payé par des moutons pour un système obsolète le tout protégé par un gouvernement laxiste Paye contribuable et tais toi

  • Ch A le 24.09.2015 20:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Chercher l'erreur

    Petite analyse, on ouvre nos frontières pour accueillir des réfugiés. Qui pourrait me préciser comment les prestations de ces personnes qui vont certainement faire des consultations médicales et dentaires sont elles facturées. A moins que je sois un grand naïf , est ce que cela pourrait venir justifier ces fameuses augmentations. Plus de gens à entretenir moins de personnes qui payent , résultat de l'élection équation des primes qui s'envolent

  • Arzenton Nicole le 24.09.2015 20:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Prévisible !!

    On pouvait s'y attendre, une fois la votation sur la caisse unique refusée, plus rien n'allait freiner la hausse des primes... franchement c'était écrit d'avance.

Les derniers commentaires

  • Philippe De frança le 26.09.2015 18:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Justification plausible et contrôle des provisions

    Ces augmentations sont injustifiées. La seule justification plausible est celle de compenser les pertes des provisions gigantesques déjà accumulées ces dernières années et investies sur des fonds de placements et qui ont fortement baisses ces derniers mois. Quel est le montant des provisions de chaque assurance fin 2014 et mi 2015 avec cessées en fin d'année?

  • fredy forestier, qui attend...... le 25.09.2015 22:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    toujours, et de plus en plus decu......

    avez-vous peur de mon commentaire,par rapport a ceux qui le meritent...... ayez un peu de courage a diffuser ce que pensent les Suisses de Berne une fois pour toute. ce n'est pas grand chose par rapport a tout ce qui nous font subir, est je me force a etre sympa, et de n'etre pas trop franc...........vu que certains commentaires sont..........

  • Bart le 25.09.2015 17:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et pourquoi pas

    Juste une prime en fonction du salaire imposable, et une prime descente pour les enfants.

  • Pierrot Dubois le 25.09.2015 16:32 Report dénoncer ce commentaire

    Des nuls

    Non, mais sérieux, vous pensiez qu'avec un socialo les primes commenceraient à baisser....C'est sa copine de parti, Dreyfuss, qui a mis la m....avec la Lamal. Dans ce parti, y'en a pas un pour rattraper l'autre..mdr.

  • anar le 25.09.2015 14:24 Report dénoncer ce commentaire

    Colère

    J'ai regardé sur la toile, mon assurance augmente de 8% suis adulte et habite Genève avec l'option médecin de famille, c'est vraiment fort de café !