Grossaffoltern (BE)

08 juin 2011 11:38; Act: 08.06.2011 11:49 Print

Hécatombe chez les jeunes cigognes

La nature est brutale: en raison du manque de nourriture, dû à la sécheresse, les cigognes «sacrifient» leurs petits. Sur huit bébés, quatre ont déjà subi ce sort dans ce village bernois.

storybild

Les conditions climatiques défavorables de ce printemps ont causé la mort d'un nombre considérable de jeunes cigognes. (Photo: Keystone)

Une faute?

Pour Niklaus Marti, le président de la commune, et l’ornithologue Robert Schoop, tout se présentait sous les meilleures auspices pour la descendance des cigognes, ce printemps. La progéniture était nombreuses et prospère. Les deux hommes espéraient battre le record de 267 jeunes cigognes, établi l’an dernier pour toute la Suisse. Malheureusement, il n’en est rien.

Quatre des huit petites cigognes nées cette année dans les nids de Grossaffoltern sont mortes en raison du manque de nourriture causé par les ravages d’une sécheresse prolongée qui a durement frappé les cultures de toute la région. D’où une carence de grenouilles, de mulots et de verres de terre pour nourrir les jeunes oiseaux. Ces derniers sont brutalement expulsés du nid familial par l’un ou l’autre de leurs parents.

Niklaus Marti, appelé le «papa des cigognes» par les habitants de son village, doit malheureusement souvent achever à coup de hache ses pauvres animaux tombés des toits. «Terrible tâche que de massacrer ces bébés», avoue-t-il dans la «Berner Zeitung».

Trois couples ont couvé leurs œufs à Grossaffoltern ce printemps. En tout la commune compte six nids. De vieux routiers reviennent régulièrement ici. Le plus âgé a 32 ans. «Il a passé toute sa vie chez nous. En hiver, il n’est guère parti très loin», raconte Niklaus Marti. Malgré les décès prématurés de cette année, les cigognes se portent généralement très bien. Selon Robert Schoop, «le nombre de cigognes augmente régulièrement en Suisse. Nous atteindrons bientôt 300 spécimens observés en Suisse».

(rga)