Canton de Berne

25 août 2019 14:35; Act: 26.08.2019 09:13 Print

Abusée par son grand frère la moitié de son enfance

Un homme sera jugé pour les agressions qu'il aurait fait subir à sa petite sœur pendant onze ans. Il avoue certains des actes qui lui sont reprochés, mais nie les plus graves.

storybild

L'homme risque 5 ans de prison au minimum (Photo d'illustration). (Photo: Innovatedcaptures/iStock)

Sur ce sujet
Une faute?

Durant onze années, Pierre* a fait vivre un calvaire à sa petite soeur Miriam*, de quatre ans sa cadette. Son procès s'est ouvert jeudi au tribunal regional d'Emmental-Oberaargau. L'homme, aujourd'hui âgé de 24 ans, est accusé de rapports sexuels avec un enfant, agression sexuelle, viol et inceste, comme le rapporte la «Berner Zeitung».

Les premiers méfaits remonteraient à juillet 2008. Pierre a alors un peu moins de 13 ans, sa soeur à peine 9. Dans l'acte d'accusation, qui fait six pages de long, on peut lire que «l'accusé est entré dans la chambre de sa sœur, lui a donné une Gameboy et, alors qu'elle était allongée sur son lit en train de jouer, l'a saisie entre les jambes. Il a touché son vagin par-dessus et sous son pantalon et l'a caressée. La soeur ne comprenait pas ce que son frère faisait et l'a laissé faire.» Les agressions se seraient ensuite aggravées entre octobre 2009 et juillet 2011: «Il a commencé par lui insérer un doigt dans le vagin et a demandé à sa soeur de le satisfaire avec la main», poursuit la défense.

Miriam raconte ainsi avoir été intimidée pendant des années par les tendances violentes et dominatrices de son frère. Même à l'adolescence, lorsqu'elle a compris ce à quoi Pierre l'obligeait, elle dit n'avoir eu aucune chance de lui échapper. Les agressions se seraient presque toujours déroulées dans la chambre du frère, fermée à clé lorsque personne d'autre n'était à la maison.

En mars 2014 et octobre 2015, Pierre serait passé à l'étape supérieure. Selon les dires de la victime, Pierre lui aurait attaché les mains avec une ceinture et l'aurait forcée à lui faire une fellation jusqu'à ce qu'il atteigne l'orgasme.

Le premier rapport sexuel complet entre les deux jeunes aurait eu lieu en septembre 2016. Pierre a presque 21 ans, sa soeur Miriam tout juste 17. Dans l'acte d'accusation, on peut lire: «L'accusé l'a déshabillée, s'est déshabillé et l'a allongée sur son lit. La sœur s'est cachée sous la couverture, mais l'accusé s'est allongé sur elle et l'a pénétrée de force.» Un deuxième rapport complet aurait eu lieu en mars 2017, toujours dans la chambre du jeune homme: «La soeur lui a dit qu'elle n'était pas consentante, mais l'accusé n'en a pas tenu compte.»

Il parle de «désir mutuel»

Lors de son interrogatoire, Pierre a admis de «grosses erreurs» et exprimé des regrets. Mais il ne confirme pas tous les méfaits qui lui sont reprochés: «Certains actes» auraient eu lieu, d'autres non. Le jeune dit ne pas comprendre comment Miriam en est venue à l'accuser de viol, estimant qu'il ne l'a jamais forcée à faire quoi que ce soit. De plus, il conteste catégoriquement l'avoir ligotée.

Il affirme en outre que les contacts avec sa soeur étaient «basés sur le désir mutuel»: «La plupart du temps, on discutait ou on regardait un film ensemble. Puis nous avons commencé à nous toucher et à nous satisfaire mutuellement.» Les deux jeunes auraient «su dès le début que ce qu'ils faisaient n'était pas bien», mais ils ne pouvaient pas s'arrêter, toujours selon Pierre.

Elle ne veut pas le voir

Miriam a coupé tout lien avec son frère: Pierre a l'interdiction de prendre contact avec sa soeur depuis septembre. À la demande de la jeune femme, le tribunal s'est assuré que le duo ne se rencontrerait pas lors du procès. Le verdict sera rendu prochainement. Pierre encourt une peine de cinq ans de prison au minimum.

*Prénoms d'emprunt

(lph)