Hitzkirch (LU)

25 septembre 2019 17:31; Act: 25.09.2019 18:46 Print

Une querelle de voisinage dégénère, il sort une hache

Ali B. a été agressé par son voisin à coups de hache et blessé au bras. Sa femme craint pour sa sécurité ainsi que pour celle de ses enfants.

Sur ce sujet
Une faute?

Un homme armé d’une hache et sortant d’un immeuble tard dans la soirée. Ces images, dignes d'un film d’horreur, ont été filmées dimanche à l’aide d’un téléphone portable. Mais l’histoire est loin de s'arrêter là. Un habitant de l'immeuble, Ali B.*, a été sauvagement agressé. A l’origine de cette attaque: des querelles de voisinage.

L'attaque a été précédée d'une discussion animée entre les principaux concernés: «Il s'est battu avec la femme de mon cousin, qui vit aussi dans le quartier. Une fois de plus, il avait été dérangé par nos enfants», explique Ali B. Les enfants auraient jeté des pierres dans son appartement. «Quand mon cousin et moi sommes rentrés à la maison, nous sommes allés chez notre voisin avec deux de nos fils aînés. Nous voulions clarifier les choses avec lui», précise la victime.

Menotté et emmené

«Il s’est mis à crier et nos enfants ont pris peur. Ils se sont enfuis et mon cousin et moi sommes restés devant la porte d’entrée de notre voisin. C’est là qu'il s’est muni d’une hachette. Tout est allé très vite. Mon cousin m'a attrapé et m'a éloigné et soudain j'ai senti une douleur dans le haut du bras», raconte Ali B.
Une fois sur place, la police a menotté et emmené l'homme au poste. Les officiers ont également emporté un sac contenant des objets.

L'agresseur à nouveau en liberté

«C'est parce qu’il s'est senti menacé que l'homme a sorti une hache», précise le porte-parole de la police lucernoise, Urs Wigger. «Quant à la blessure, il s'agit d'une coupure superficielle. La personne blessée ne voulait pas qu'on l'emmène chez le médecin». En ce qui concerne l'agresseur, il a été libéré lundi après-midi sur ordre du procureur responsable.

Les résidents ont peur

Le fait que l'homme soit de nouveau en liberté inquiètent les habitants du quartier. Adelina B.* (29 ans), l'épouse d'Ali, explique avoir peur que son voisin lui tende une embuscade à elle et ses enfants sur le chemin de l'école. Depuis leur emménagement, les choses sont tendues entre sa famille et son voisin. «Il crie sur nos enfants, les insulte et les intimide. Il trouve que mes enfants crient et courent trop bruyamment dans les escaliers. Mais notre immeuble est plutôt vieux et très mal insonorisé».

L'attaque de dimanche est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase: «L'incident nous a tous traumatisés, surtout nos enfants. Pendant des mois, ils ne se sont pas sentis en sécurité à cause de cet homme et voilà que leur père est agressé. Ils ont peur d'aller à l'école seuls. L’un de mes fils ne dort plus à cause de ça. Quant à moi, je suis effrayée. Nous avons tous peur».

* Noms connus de la rédaction

(qll/vsm)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Bagnard le 25.09.2019 17:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui

    Encore un magnifique conte d'Orient. Ali et le vivre-ensemble.

  • Mario Petruzzi le 25.09.2019 17:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fausse victime

    La victime doit être l'autre personne au vu des protagonistes.

  • Lisa le 25.09.2019 17:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Injustice

    J'ai connu ça. Des gens qui font du bruit jour et nuit, aucun respect, ils gênent tout le monde mais personne n'agit. Le jour où j'ai tenté de parler avec la dame, elle m'a craché dessus. Le lendemain, elle a attendu que je rentre pour entrer chez moi en même temps et m'a agressée. La police m'a déconseillé de porter plainte même si je saignais (la procédure prend deux ans). J'ai été obligée de déménager car la régie ne peut pas l'exproprier. De mon point de vue, la victime est la personne à la hache.

Les derniers commentaires

  • ric67 le 26.09.2019 11:21 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle belle diversité.....

    Toujours le même genre de protagonistes, avec des tribus de gosses qui emm... le voisinage, le plus souvent aux frais du social et des contribuables.. et visiblement toute la smala est là, avec x cousins et compagnie

  • Vaudois de souche le 26.09.2019 09:53 Report dénoncer ce commentaire

    dure, dure, la vie

    Pour devenir policier vaudois, il faut connaître le français? Non mais moi, avec un verre dans le nez, je parle toutes les langues sauf le français des frontaliers, et toc! L'autre nuit j'ai vu deux flics d'Ouchy, aussi alcoolisés que moi, qui ne parlais pas le français mieux que moi. Mais pour te saouler la gueule avec des flics de service, tu vas dans un autre canton, là-bas au bout du lac, et tu bois toute la nuit avec eux "en français naturalisé"... Source poétique: "Pour devenir policier, il faut réviser son français" ???

  • Douma Social le 26.09.2019 07:00 Report dénoncer ce commentaire

    Swiss mom asks to eat

    Une Schwytzoise désespérée, mère de 3 enfants, appelle à l'aide sur Facebook. Son frigo est vide, (her refrigerator is empty), et depuis le 7 septembre il lui faut 1300 fr. par mois pour nourrir ses enfants. Heureusement que les braves services sociaux schwytzois dorment toujours, et que les 20-minutistes parlent d'une querelle de voisinage!

  • bûcheron le 26.09.2019 06:22 Report dénoncer ce commentaire

    accessoiriste

    Ça s'appelle un couperet de cuisine, mais si vous souhaiter découper votre osso-buco de la tête au pied ou votre jarret d'un autre animal, mieux vaut acheter une belle hachette (la hache) chez votre boucher du village.

  • le proctologue le 25.09.2019 21:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    muzzz muzzz

    il a juste fait muzzz muzzz avec une hâche Ali