Canton de Lucerne

17 octobre 2019 20:07; Act: 17.10.2019 22:24 Print

Elle ne voulait pas avorter, il la tape avec un marteau

Le tribunal a infligé trois ans de prison, dont un an ferme, a un homme de 34 ans qui avait brutalement agressé sa partenaire enceinte.

storybild

Le prévenu s'est présenté au domicile de sa victime et il l'a agressée avec un marteau et un appareil à électrochoc. (Photo: Keystone)

Une faute?

Un homme de 34 ans a été condamné jeudi par le tribunal pénal de Lucerne à trois ans de prison dont une année ferme pour une tentative d'avortement forcé sur sa partenaire sexuelle. Le prévenu ne sera pas expulsé de Suisse, car le tribunal estime qu'il s'agit d'un cas de rigueur.

Les faits remontent à novembre 2016. Selon l'acte d'accusation, le prévenu, un Serbe vivant en Suisse depuis 1993, a eu des relations sexuelles avec la victime alors qu'il vivait depuis de nombreuses années avec une partenaire. Lorsque la femme a constaté qu'elle était enceinte, elle a informé l'homme par SMS.

Il lui a demandé d'avorter. Elle a refusé. Alors qu'elle était dans sa 22e semaine de grossesse, le prévenu s'est présenté à son domicile et il l'a agressée avec un marteau et un appareil à électrochoc. La femme a réussi à prendre la fuite.

Quatre jours à l'hôpital

La victime a eu un traumatisme abdominal, une côte cassée, des ecchymoses et des lésions cutanées. Elle a passé quatre jours à l'hôpital.

Le prévenu conteste avoir voulu pratiquer un avortement forcé. Il y a eu un échange de mots, puis une bagarre, a-t-il expliqué. Il a ensuite ramené la femme dans son appartement. Il a affirmé avoir pris un marteau avec lui, car il avait peur du chien de la victime. Il n'a jamais voulu faire de mal au bébé.

Le Ministère public a requis quatre ans de prison et l'expulsion du territoire suisse pendant douze ans. La défense a plaidé une peine d'un an de prison avec sursis pour lésions corporelles et demandé de renoncer à son expulsion de Suisse.

Dans l'énoncé du jugement, les juges ont souligné l'intégration exemplaire du prévenu. Il a fait ses écoles et sa formation professionnelle en Suisse. Il n'avait pas d'antécédents judiciaires. Le jugement n'est pas encore entré en force.

(nxp/ats)