Suisse alémanique

16 juillet 2019 16:15; Act: 17.07.2019 14:21 Print

Il tombe nez à nez avec un caïman sur un lac argovien

La police argovienne recherche activement un reptile d'1,5 mètre de long repéré dimanche soir par un pêcheur dans le lac de Hallwil, entre les cantons d'Argovie et de Lucerne.

Une faute?

Un pêcheur expérimenté qui oeuvrait sur le lac de Hallwil a fait une rencontre pour le moins improbable, dimanche soir entre Beinwil am See (AG) et Mosen (LU). «Il a raconté avoir vu un reptile d'environ un mètre et demi, qui est soudainement apparu à la surface de l'eau pour attraper un jeune canard», explique la police cantonale argovienne dans un communiqué. L'animal et sa proie ont ensuite disparu dans les profondeurs du lac, raconte «20Minuten».

«Selon la description faite par le pêcheur, les experts pensent que le reptile en question est peut-être un caïman», poursuit la police. Comment cette créature a-t-elle pu se retrouver dans un lac helvétique? L'hypothèse la plus crédible est que le reptile provient d'une exploitation illégale et qu'il a été abandonné. Ces animaux sont en effet soumis à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction. En clair, pour pouvoir garder un tel animal, il faut posséder un permis.

Aucun danger pour l'homme

Pour l'heure, l'origine du reptile reste mystérieuse: «Nous n'avons aucune indication quant à l'origine du caïman et de ses éventuels anciens propriétaires», poursuit la police argovienne, qui peut compter sur l'aide des services vétérinaires. Lundi, les recherches menées dans le lac, sont restées vaines. D'autres opérations sont en cours.

Selon un expert consulté par la police, le caïman ne représente pas un danger: «Un animal de ce type et de cette taille ne constitue pas une menace grave pour l'homme, en particulier pour les baigneurs ou les promeneurs», assurent les autorités, qui ajoutent: «Ces reptiles sont fondamentalement timides et ne réagissent de manière agressive que lorsqu'ils se sentent menacés. Les poissons et les petits animaux font partie de leurs proies.»

La police demande toutefois à la population de se montrer vigilante, car la recherche d'un tel animal est très difficile. Quiconque repère le reptile doit s'annoncer immédiatement aux autorités et s'abstenir de le nourrir ou d'essayer de le capturer. En outre, la police cantonale argovienne recherche des témoignages de «personnes ayant fait des découvertes suspectes dans le cadre de l'élevage privé de reptiles».

(gwa/joc)