Zurich

23 mars 2017 11:05; Act: 23.03.2017 13:35 Print

Il voulait tuer avec un «oiseau-kamikaze»: jugé

Un homme a écopé de 300 jours-amende à 30 francs pour avoir badigeonné le dos d'un de ses pigeons avec un pesticide toxique afin d'empoisonner un faucon. Il s'agit de la deuxième condamnation du genre en Suisse.

Voici les images choquantes publiées en 2015 par l'association BirdLife.
Sur ce sujet
Une faute?

Les images, datant de 2011 et publiées en 2015 par BirdLife, l'association suisse pour la protection des oiseaux, sont insoutenables. On y voit un faucon mourir à petit feu après avoir mangé un pigeon. Des analyses effectuées ont montré que le rapace était mort empoisonné.

BirdLife avait rendu la vidéo publique, parce qu'elle soupçonnait des éleveurs de pigeons de volontairement tuer ces volatiles, figurant pourtant sur la liste des animaux protégés en Suisse.

Comment? En badigeonnant leurs oiseaux de pesticides. Une fois les «pigeons-kamikazes» ingurgités par les faucons, le poison fait rapidement effet. Les défenseurs des oiseaux sont persuadés que les éleveurs de pigeons s'en prennent aux faucons pèlerins, car ceux-ci capturent leurs oiseaux d'élevage pour se nourrir.

«Je n'ai rien fait»

Un de ces éleveurs a été jugé mercredi par le Tribunal de district de Bülach (ZH), rapporte jeudi le «TagesAnzeiger». Il est accusé d'avoir enduit la nuque d'un de ses pigeons avec un pesticide ultra-toxique non-autorisé en Suisse, en mars 2016.

Un policier avait retrouvé le volatile dans le sas de sortie de la volière de l'accusé de 36 ans. Interrogé par la Cour, celui-ci a nié en bloc: «Je n'ai rien fait. Je n'ai rien contre les rapaces, ce ne sont que des animaux. Et c'est normal que ces oiseaux se nourrissent de pigeons.» Le prévenu a également assuré que le volatile trouvé par l'agent ne lui appartient pas. Selon le trentenaire, il arrive que des pigeons étrangers s'égarent dans sa volière.

Tentative de mise à mort de façon cruelle

Ne croyant pas à sa version des faits, la procureure a demandé une peine de prison avec sursis de 11 mois pour mauvais traitements infligés aux animaux et tentative de mise à mort de façon cruelle.

Elle a aussi requis une amende de 1500 francs ainsi que des frais d'analyses de 8000 francs. «Il n'y a aucun doute que l'accusé a voulu empoisonner un faucon», estime la procureure qui ajoute qu'un deuxième pesticide, également interdit sur sol helvétique, a été retrouvé chez le prévenu.

Pour finir, elle lui reproche également d'avoir élevé un nombre trop élevé de pigeons dans sa volière.

L'avocat de la défense a demandé l'acquittement de son client. Pour lui, il n'existe aucune preuve concrète mettant en cause le trentenaire. Selon lui, rien ne prouve que le volatile enduit de poison appartient bel et bien à l'accusé. Et même si l'oiseau devait lui appartenir, rien ne prouve qu'il l'a enduit de poison.

Le prévenu fera probablement recours

Pour finir, la Cour a condamné le Kosovar à une peine pécuniaire de 300 jours-amende à 30 francs ainsi qu'à une amende de 1500 francs pour mauvais traitements infligés aux animaux, violation de la loi sur les produits chimiques et de la loi fédérale sur la protection de l'environnement ainsi que l'utilisation d'une méthode de chasse interdite.

«Ça aurait été un très grand hasard si exactement ce pigeon s'était perdu dans sa volière», a ainsi estimé la juge, qui a néanmoins refusé de le condamner pour les conditions de détention de ses oiseaux. Selon elle, tout était en ordre à ce niveau-là.

L'avocat de la défense a d'ores et déjà annoncé que son client fera probablement recours contre ce jugement.

Il s'agit du deuxième procès du genre en Suisse. En juillet dernier, un quadragénaire a été condamné par le Tribunal de district de Dielsdorf (ZH) à onze mois de prison avec sursis et à une amende de 4000 francs pour des faits similaires.


(ofu)