Suisse

14 février 2020 17:26; Act: 16.02.2020 11:13 Print

Il y a 25 ans, la scène de la drogue fermait à Zurich

Le 14 février 1995, l'évacuation par les autorités zurichoises de l'ancienne gare du Letten mettait un terme à un désastre humain et sanitaire qui a horrifié le monde entier.

Vidéo: fermeture du Letten en 1995
Une faute?

Il y a 25 ans, la politique de la drogue prenait un tournant décisif en Suisse. Le 14 février 1995, la ville de Zurich mettait un terme à la scène ouverte de la drogue au Letten. La Confédération l'autorisait à ouvrir des locaux d'injection et donnait son feu vert à l'administration contrôlée d'héroïne.

En 1992, l'évacuation de la première scène de la drogue dans le parc du Platzspitz s'était soldée par un échec. Elle avait été organisée à la hâte par les autorités de la ville et sans réelle stratégie. Les toxicomanes s'étaient alors déplacés de quelques centaines de mètres en aval de la Limmat, sur la rive du Letten, le long d'une voie de chemin de fer désaffectée.

Images faisant le tour du monde

La nouvelle scène décuplait alors en ampleur et en horreur, se transformant en mouroir en plein air. Environ 3000 toxicomanes s'y trouvaient chaque jour. Les images tournées sur place ont fait le tour du monde.

Les surdoses d'héroïne s'y multipliaient autant que la criminalité. En été 1994, la violence y atteignait son paroxysme. La police enregistrait quatre meurtres en quelques jours.

L'intervention des quelque 300 policiers venus évacuer et boucler la zone le 14 février 1995 a été soigneusement préparée. La Confédération avait autorisé Zurich à mettre en place une nouvelle politique de la drogue. Basée sur quatre piliers (prévention, répression, aide à la survie et thérapie), elle a ensuite été étendue au reste du pays.

Locaux d'injection, distribution d'héroïne

En pionnier, Zurich créait alors des infrastructures pour accueillir les drogués en situation d'urgence et des centres de distribution d'héroïne pour les personnes fortement dépendantes. Objectif: sauver ces toxicomanes d'une mort certaine face aux produits impurs vendus par les dealers et à une infection au VIH.

D'abord ouverts uniquement à Zurich, les locaux d'injection se sont multipliés par la suite dans d'autres villes alémaniques, puis romandes. Depuis, police, justice et services sociaux travaillent main dans la main dans ce domaine.

L'odeur pestilentielle qui avait régné durant trois ans sur le Letten n'a complètement disparu qu'environ deux ans après la fermeture de la zone. Le réaménagement complet de cette rive a permis de la transformer en lieu de baignade et de détente extrêmement courue, restauration comprise.

Long métrage dans les cinémas

Un film de fiction sorti en Suisse alémanique il y a un mois retrace les années de la scène ouverte de la drogue à Zurich. L'un d'entre eux raconte l'histoire vraie d'une petite fille que la toxicomanie de sa mère a contrainte à grandir trop vite.

Basé sur le livre témoignage de la Zurichoise Michelle Halbheer, «Platzspitz Baby» («Les enfants du Platzspitz») sortira le 18 mars en Suisse romande.

(nxp/ats)