Parlement suisse

08 décembre 2011 11:28; Act: 08.12.2011 11:33 Print

Ils attendent les explications de Zuppiger

Les parlementaires veulent des réponses concernant les soupçons qui pèsent sur Bruno Zuppiger, le candidat UDC au Conseil fédéral.

storybild

L'UDC Bruno Zuppiger serait impliqué dans une affaire de détournement d'héritage. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'affaire Zuppiger est sur toutes les lèvres jeudi matin sous la Coupole fédérale. Les parlementaires, UDC en tête, attendent les explications du candidat au Conseil fédéral impliqué dans une affaire d'héritage détourné. Une séance extraordinaire du groupe UDC est planifiée en début d'après-midi.

Bruno Zuppiger aura alors l'occasion de s'expliquer. «A lui de prouver qu'il est 'clean' dans cette affaire, qu'il n'a à aucun moment commis un acte contraire à la loi ou à la morale», a déclaré à plusieurs médias le conseiller national André Bugnon (UDC/VD). Le groupe UDC devrait alors lui réitérer ou non sa confiance.

Les démocrates du centre sont sous le choc. Si la direction du groupe avait été informée avant la candidature de Bruno Zuppiger, ses collègues parlementaires n'ont appris la nouvelle que mercredi soir. Ils se disent consternés mais ne veulent pas prendre position avant d'avoir entendu les explications de leur candidat.

Rime pas au courant

Même l'autre candidat Jean-François Rime dit ne pas avoir été dans la confidence. «Je n'en ai pas discuté avec lui ni avec le parti», a dit le Fribourgeois jeudi matin à l'ats. Et M. Rime d'ajouter que, «comme candidat, je veux rester hors de ce débat».

Rares sont les parlementaires à vouloir s'exprimer sur l'affaire. La plupart attendent les explications de M. Zuppiger, respectivement la position du groupe UDC.

«Je ne suis par chance aujourd'hui pas président de l'UDC», a dit Christian Levrat à l'ats. Et le président du PS de préciser qu'avant de se prononcer sur l'éligibilité de Bruno Zuppiger, «on attend que l'UDC nous dise qui il combat et avec quel candidat». Mardi le PS a décidé de n'accorder ses voix à un candidat UDC que s'il combat un siège libéral-radical.

On attend d'en savoir plus du côté du PLR également. Seul parti à s'être pour l'heure engagé en faveur d'une candidature UDC contre Eveline Widmer-Schlumpf, le PLR attend lui aussi d'en savoir davantage, a dit à l'ats le conseiller national argovien Philipp Müller.

Campagne hostile

La dernière édition de la «Weltwoche», hebdomadaire proche de l'UDC, révèle que Bruno Zuppiger aurait profité d'un héritage d'une employée décédée dont il était l'exécuteur testamentaire. Au lieu de verser les sommes à deux associations suisses d'intérêt public, comme le souhaitait la défunte, rien n'aurait été fait pendant plusieurs années.

Dans une interview au «Tagesschau» de la télévision SF mercredi soir, Bruno Zuppiger admet que son entreprise a commis une «faute». «Lorsque j'ai découvert la portée de cette faute, je l'ai assumée en tant qu'entrepreneur et ai résolu cette affaire avec les parties impliquées», a-t-il ajouté. «Tout a été réglé et aucun tiers n'a eu à subir de dommages», a-t-il dit, précisant que les parties avaient convenu de garder le silence.

A une semaine de l'élection, Bruno Zuppiger s'estime victime d'une campagne hostile. Il a aussi précisé n'avoir empoché aucune somme indûment.

(ats)