Importations animales

20 mai 2012 14:05; Act: 20.05.2012 18:41 Print

Immigrants à quatre pattes très choyés

Un chiot sur quatre vient de l'étranger, selon les dernières statistiques. Un choix risqué selon les experts.

Une faute?

Les défenseurs des animaux tirent la sonnette d'alarme. Le nombre des chiens importés est en constante augmentation. Parmi les 16818 chiens enregistrés en 2011, un sur quatre vient en effet de l'étranger, selon les derniers chiffres tirés de la base de donnée Animal Identity Service (Anis). Cette évolution est très préoccupante, car il s'agit souvent de commerce illégal de chiens», s'inquiète Denise Delley, directrice de l'Anis, dans le Sonntagsblick.

La plupart des chiens importés ne sont pas des souvenirs rapportés de vacance, mais sont issus d'une activité lucrative dont profitent des propriétaires de chiens douteux basés en Hongrie, en Roumanie, en République tchèque ou encore en Slovaquie. «Les chiots naissent dans des fermes de production de masse en Europe de l'Est, élevé dans des conditions sinistres, et trot top séparés de leur la mère», a déclaré Julika Fitzi-Rathgen, vétérinaire et spécialiste de chien à la Protection Suisse des Animaux.

Elevage négligé

Les chiots sont chargés dans des fourgons avant d'être transmis à leurs nouveaux maîtres, souvent dans des aires d'autoroutes suite à une vente négociée sur Internet. «Mais la moitié des offres proposées sur ces plates-formes ne sont pas sérieuses», ajoute la vétérinaire.

Les acheteurs ne se rendent souvent même pas compte qu'ils ont acheté un chien provenant de l'étranger. Les éleveurs basés dans les pays de l'Est se servent en effet de compatriotes qui vivent en Suisse comme intermédiaires.

Si les chiens provenant de l'Est sont en effet moins cher, il présente aussi un risque. Ils sont souvent mal socialisés et stressé, ont des maladies génétiques et sont plus sensibles à des maladies», selon la vétérinaire. En outre, les certificats de vaccination et des documents de santé sont souvent falsifiés.

Hanimann Rolf, le président de l'Association des vétérinaires cantonaux, confirme cette évolution. «Les importations illégales concernent en grande partie les petites races, commente-t-il. Les acheteurs sont encore plus vulnérable car ils achètent ces chiens comme un cadeau ou un accessoire».

Les petites races sont du reste toujours en vogue. En 2011, le Chihuahua était en tête du classement des chiens importés. Il a détrôné le Labrador en terme de popularité.

(20 minutes)