Tessin

15 janvier 2014 15:34; Act: 15.01.2014 17:13 Print

Indignation après l'embauche de frontaliers

La ville de Lugano veut faire des économies et deux entreprises de travaux publics vont devoir licencier 14 employés. Les propos du patron de l’une d’elles font polémique.

Une faute?

«Puisque la ville de Lugano doit économiser, nous devons aussi le faire. Nous retenons que la seule solution est d’engager des frontaliers à la place des habitants locaux.» Ces propos tenus mardi à la Radio Télévision Suisse italienne (RSI) par Gianni Ochsner, qui dirige une entreprise chargée du ramassage de déchets dans plusieurs quartiers de Lugano, suscitent la controverse. Le patron tessinois a déclaré avoir envoyé des lettres de licenciements à sept de ses employés, tous habitant au Tessin, à la suite de coupes budgétaires demandées par la ville. Il engagera à leur place des habitants de l'Italie voisine, dont les salaires sont de 1000 euros, 1200 francs en moyenne mensuelle.

Lugano a en effet décidé d’économiser 3 millions de francs dans le budget des services de l’urbanisme, dont 700'000 francs rien que pour la gestion des déchets. La Société Gianni Ochsner Servizi Pubblici SA de Lamone n’est pas la seule qui va devoir sabrer dans ses effectifs. Giovanni Agustoni SA, qui collabore également avec la ville pour le ramassage des poubelles, a annoncé devoir elle aussi se séparer de sept collaborateurs. D’ici à fin janvier, 14 personnes sur les 70 que comptent les deux entreprises seront donc licenciées.

Indignation

Cette décision a causé l'émoi dans le monde politique et sur Facebook. Différents élus UDC demandent que les mandats confiés soient retirés. Le syndic de Lugano, Marco Borradori, se dit «indigné». «Mais il faut comprendre la position des personnes qui font de telles déclarations. Je pense qu’Ochsner a prononcé ces mots dans un moment de désespoir et de colère», a précisé le politicien de la Ligue des Tessinois.

Lugano n’a pas encore instauré de taxe au sac poubelle mais cette épineuse question reviendrait actuellement sur la table, d’après 20minuti.

(atk)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • outsidedehors le 15.01.2014 16:15 Report dénoncer ce commentaire

    pleinledos

    Minable. Les tessinois GALERENT DEPUIS LONGTEMPS.......Foutez dehors ces FRONTALIERS....Bientôt de MEME EN ROMANDIE......Bon courage NOUS SOMMES AVEC VOUS LES TESSINOIS

  • Paule le 15.01.2014 16:24 Report dénoncer ce commentaire

    SUISSES TONDUS

    ils vont embaucher des frontaliers pauvres Suisses ns sommes tondus par ce fléau qui gangrène notre pays votez OUI à l'initiative UDC si elle passe pas plusieurs personnes se vengeront pour le salaire de base et les patrons seront le bec ds l'eau je m frotte les mains ns allons entendre leurs lamentations leurs po9ches sont pleines.... avec les frontaliers et les travailleurs au noir.

  • Marc le 15.01.2014 16:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Votez OUI le 9 février

    A mon humble avis, renoncer à la libre circulation des personnes mettrait une claque à notre économie et aurait des conséquences néfastes à court terme. Maintenir la libre circulation aura par contre des conséquences désastreuses à moyen/long terme. Le 9 février, personnellement, je voterai oui à l'initiative contre l'immigration de masse.

Les derniers commentaires

  • Mary le 16.01.2014 12:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas normal!

    Et après on devrait voter non aux votations du 9 février?! Il y a là du gros foutage de tronche! Est ce que je pourrai espérer avoir du boulot à mes 30 ans avec un comportement pareil de la part des patrons?! Et que fera ma fille dans 20 ans si ça continue comme ça?! Le peuple Suisse doit arrêter de subir les ânneries des hauts placés! Eux ils s'en foutent ils sont tranquilles dans leur fauteuils pleins de fric! Alors Suisse rebelle toi! Pour nos familles et notre avenir!!

  • Guillaume tell le 16.01.2014 08:48 Report dénoncer ce commentaire

    Allez votez

    Sans commentaire, voilà pourquoi le 9.2.2014 je voterai OUI. abe

  • Paul le 16.01.2014 07:57 Report dénoncer ce commentaire

    Ils recrutent entre eux

    Je connais une entreprise a Nyon de 8 employes. Le patron est francais et il n'engage que des francais, 6 sur les 8 employes alors que le secteur compte bcp de chomage. Est-ce normal, oui ou non?

    • anonyme le 16.01.2014 16:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      injuste

      ce n'est malheureusement pas le seul cas! Certaines RH ne sont pas gérées par des suisses alors pas étonnant..

  • Brigitte le 16.01.2014 00:19 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut savoir avant de parler

    Noémie, les Suisses au 20 ème siècle ont dû s'expatrier pour survivre, la famine était très grande à cette époque, la Suisse n'est devenu riche seulement après la 2ème guerre mondiale, ils se sont expatriés en Amérique du Sud et beaucoup sur le territoire Jura, Doubs et Territoire de Belfort, j'ai un oncle jurassien suisse établi depuis tjrs à Montbéliard, décédé, les gds-parents et parents de mon b-frère sont Suisse, Noémie, arrêtez de parler de chose que vous ne connaissez pas. Les Suisses sont gentils de nature, humble et franc, taisez-vous, SVP

  • Brigitte le 16.01.2014 00:11 Report dénoncer ce commentaire

    Noémie arrêtez de parler de chose que vo

    Noémie, vous parlez comme ces politiciens français de gauche bien sûr, qui disent que le français ne veut plus faire le sale boulot, alors que ma sur française tient le même discourt à propos des Suisses, trop facile. Noémie, l'article dit que le patron va licencier 14 suisses pour embaucher 14 italiens, ils n'ont jamais dit qu'ils ne voulait pas travailler dans les ordures, je suis sûr que vous êtes une résidente étrangère pour parler des Suisses comme vous le faites, vous ne connaissez absolument pas ce peuple ni son histoire. Au début du 20 ème siècle la Suisse était tellement pauvre que