Suisse

17 septembre 2019 14:25; Act: 17.09.2019 17:14 Print

Initiative contre l'élevage intensif déposée à Berne

L'initiative «Non à l'élevage intensif en Suisse», soutenue par des personnalités de l'UDC jusqu'aux Verts ainsi que par des ONG environnementales, a été déposée.

Vera Weber, de la Fondation Franz Weber, et les membres du comité d'initiative lors de la remises des signatures.
Sur ce sujet
Une faute?

L'initiative «Non à l'élevage intensif en Suisse» a été déposée mardi à Berne avec plus de 100'000 signatures par Sentience Politics. Mais selon les paysans suisses (USP), il n'y a pas d'élevage intensif sur le territoire helvétique.

«Cinquante pour cent des cochons suisses sont abattus sans avoir jamais vu le ciel. Plus de 80% des poules élevées en Suisse ne mettent jamais les pieds dans une prairie et atteignent leur poids d'abattage dès 30 jours», a expliqué la co-directrice de Sentience Politics, Meret Schneider, à l'origine de l'initiative.

Les effets sur l'environnement et le climat ont aussi été mis en avant lors du dépôt des signatures. «Pour produire les quantités de produits animaux que nous consommons, 1,2 million de tonnes de fourrage sont importées chaque année. Au Brésil, des hectares entiers de forêt tropicale sont défrichés par le feu à cet effet, et des ressources non renouvelables sont ainsi détruites de manière irréversible», a souligné Vera Weber de la Fondation Franz Weber.

Des personnalités politiques, issues des rangs de l'UDC jusqu'aux Verts, de grandes organisations de défense de l'environnement comme Greenpeace Suisse, mais aussi des représentants d'agriculteurs à l'exemple de KAG Freiland ou Bio Suisse se sont prononcés en faveur de l'initiative. L'apport de la Fondation Franz Weber a été déterminant pour la collecte des signatures, a précisé le comité d'initiative dans un communiqué.

USP: pas d'élevage intensif en Suisse

Dans l'agriculture suisse, le bien-être animal constitue une priorité, et les effectifs maximaux par exploitation empêchent toute forme d'élevage industriel. Aussi l'Union suisse des paysans juge-t-elle futile la nouvelle initiative populaire «Non à l'élevage intensif en Suisse».

À titre d'exemple, la Suisse autorise la détention de tout au plus 18'000 poules pondeuses ou 1500 porcs à l'engrais. Les consommateurs peuvent encourager les élevages encore plus petits en achetant de manière conséquente des produits issus entre autres de l'agriculture biologique ou d'élevage en plein air de l'association KAGfreiland.

De fait, les exploitations biologiques ne peuvent disposer au maximum que de deux poulaillers de 2000 animaux chacun. Ensuite, l'offre suit automatiquement la demande.

L'initiative prévoit aussi que la Confédération édicte aussi des directives pour les importations. L'USP estime que de telles prescriptions ne sauraient être mises en oeuvre, car incompatibles avec les obligations de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lulu le 17.09.2019 16:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    allez jusqu'au bout

    Si on veut être cohérent, il faudrait lié cette initiative avec l'interdiction d'importer de la viande issu d'élevage intensif, sinon nous pénalisons que nos industrie

  • cotz04 le 17.09.2019 16:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De l'argent jeté par les fenêtres .

    Voilà encore 1 initiative qui n'a pas lieu d'être , l'élevage intensif en Suisse ... Là , ces personnes se trompent de pays . Encore de l'argent dépensé pour rien . A quand 1 initiative pour le bien des travailleurs en Suisse ??? ou 1 autre pour venir en aide à nos citoyens âgés , qui ne peuvent pas joindre les 2 bouts ???

  • Tally le 17.09.2019 18:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est un peu vague

    Pourrait t'on me donner la définition de l'élevage intensif suisse? Mais pas celle que l'on voit à l'étranger, celle qui est en Suisse. Et pas confondre avec les éleveurs indélicats qui n'ont pas respecté les lois en vigueur !

Les derniers commentaires

  • Ange 0 et Démon 1 le 22.09.2019 11:10 Report dénoncer ce commentaire

    Mes usines africaines

    L'élevage intensif de bébés sans avenir dans le monde

  • Nico le 18.09.2019 10:32 Report dénoncer ce commentaire

    Ça va l'chalet

    L'élevage de notre viande pose problème parce que pendant leur préparation ils ne voient pas la lumière du jour ? Ou ne mettent leurs pattes dans les prairies ? C'est de la NOURRITURE youhou ! Sinon on peut aussi se battre pour les légumes sous serres qui ne sentiront jamais la brise du matin avant d'être consommés... Va falloir arrêter d'avoir trop de sentiments pour de la viande... Et après vous vous plaindrez du prix haha...

  • Nat le 17.09.2019 18:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Revoir la copie

    Arrêtez avec ces initiatives qui règlent rien mais qui rendent impossible de créer une agriculture saine et durable. Avec tous ces interdictions sectorielles de tout part, cela devient juste impossible de nourrir les Suisses avec des denrées suisses. Il faut reprendre tout le dossier, ne pas oublier de lier politique agricole, sociale et écologique sinon ça sert à rien et les initiatives se contredisent jusqu'à bloquer le tout.

  • Tally le 17.09.2019 18:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est un peu vague

    Pourrait t'on me donner la définition de l'élevage intensif suisse? Mais pas celle que l'on voit à l'étranger, celle qui est en Suisse. Et pas confondre avec les éleveurs indélicats qui n'ont pas respecté les lois en vigueur !

  • Julie le 17.09.2019 16:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honte

    Élevages intensifs !!!! A VOMIR