Suisse

01 septembre 2019 09:02; Act: 01.09.2019 17:27 Print

Interdire les convois de fonds la nuit

Un spécialiste français du transport de fonds réagit après les braquages violents qui se sont succédé en Suisse.

Sur ce sujet
Une faute?

Les braquages violents de fourgons se succèdent en Suisse. Des spécialistes de la branche réagissent et évoquent plusieurs solutions dans les colonnes du «Matin Dimanche», pour éviter ces attaques.

L'un des spécialistes, Kader Bengueche qui est syndicaliste français, évoque entre autres d'interdire tout convoyage de fonds durant la nuit ou encore améliorer le blindage des véhicules.

La nuit, le trafic est moins dense, les patrouilles de police sont plus réduites, les témoins rares et la vidéosurveillance est moins performante, explique l'expert dans le journal dominical.

La dernière attaque en Suisse a eu lieu à 3h10 à la sortie de l'autoroute A1 à la hauteur de La Sarraz (VD) et une enquête du Matin Dimanche montre que les dernières agressions ont eu lieu plutôt la nuit et en Suisse romande.

Payer en cash

Selon lui, l'interdiction du «convoyage» et «l'alimentation des distributeurs de billets» entre 22h et 5h en France a fait diminuer le nombre d'attaques du genre. Mais voilà, la Suisse est un pays fédéraliste qui aime payer en cash. Deux obstacles qui prendront du temps à être franchis, selon Luc Sergy, directeur de l'Association des entreprises suisses des services de sécurité (AESS).

Selon lui aussi, il faut impérativement renforcer le blindage des véhicules. Mais cette solution se heurte à une loi fédérale qui empêche, par souci de protection contre le bruit, les véhicules de plus de 3,5 tonnes de rouler la nuit. Un blindage intégral pèse 20 tonnes.

(cab/nxp)