Suisse

01 février 2017 10:24; Act: 02.02.2017 08:58 Print

Jeunes adultes davantage victimes d'un AVC

Le nombre de personnes âgées de 25 à 34 ans et souffrant d'une attaque cérébrale a augmenté d'un tiers depuis le passage à l'an 2000. Les individus plus âgés en sont en revanche moins souvent victimes qu'auparavant.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Le constat est alarmant. Les jeunes adultes âgés de 25 à 34 ans ont toujours plus de risques de faire une attaque cérébrale. C'est ce que révèlent ce mercredi nos collègues alémaniques de «20 Minuten» en se référant à une statistique de l'Observatoire suisse de la santé (Obsan). Même si moins de 1% de la population de moins de 34 ans subit un accident vasculaire cérébral (AVC), le nombre de cas a augmenté d'un tiers auprès des 25 à 34 ans depuis le passage à l'an 2000.

Tendance constatée en Europe et aux Etats-Unis

Cette évolution va contre la tendance générale. Car si l'on regarde les cas enregistrés auprès de toutes les classes d'âge, on constate que le nombre d'attaques cérébrales comparées à la population suisse a baissé au cours des vingt dernières années. Concrètement, cela signifie que les patients plus âgés souffrent aujourd'hui moins souvent d'un AVC qu'auparavant. Le taux de mortalité a lui aussi pu être réduit au fil des ans: en 1995, 51 hommes et 71 femmes par 100'000 habitants en mouraient. En 2014, les hommes n'étaient plus qu'au nombre de 26 et les femmes 41.

Patrik Michel, professeur associé et médecin chef au centre cérébrovasculaire, un service de neurologie du CHUV, confirme: «Dans la population âgée, le taux d’AVC a diminué progressivement ces derniers 20 ans pour une tranche d’âge spécifique. Ceci est dû à la meilleure prévention (style de vie, médicaments). Par contre, une telle réduction n’a malheureusement pas été observée chez les plus jeunes, donc il y a potentiellement un problème.»

Même son de cloche auprès des HUG: «Le nombre d’AVC chez les jeunes patients de moins de 55 ans a pratiquement doublé ces dernières 15 années», explique Roman Sztajzel, médecin adjoint agrégé, responsable de l'unité Neurologie vasculaire.

«Nous traitons plus de 100 jeunes par année»

Nos confrères notent que la Suisse n'est pas le seul pays à faire face à une augmentation du nombre d'AVC juvéniles. La même tendance est observée en Europe et aux Etats-Unis. Marcel Arnold, président de la Société cérébrovasculaire suisse et directeur du Stroke center (spécialisé dans les attaques) de l'Hôpital de l'Ile à Berne, confirme qu'il soigne un nombre grandissant de jeunes adultes: «Nous traitons plus de 100 jeunes patients chaque année avec une raideur à la nuque ou une attaque cérébrale.» Le CHUV à Lausanne traite lui chaque année plus de 50 patients en-dessous de 50 ans avec une attaque cérébrale ou une attaque transitoire.

L'évolution du style de vie est une des raisons pouvant expliquer la hausse du nombre d'AVC auprès des jeunes adultes. L'Obsan rappelle ainsi que de nos jours un nombre grandissant de personnes ont un taux de cholestérol et une pression sanguine trop élevés ou souffrent de diabète. «La fumée, une alimentation malsaine et un manque de mouvement jouent également un rôle important», note Marcel Arnold. Selon lui, nombre de personnes ignorent à quel point on peut réduire le risque d'avoir un AVC en menant une vie saine.

Patrik Michel note de son côté que trop de stress ou la pilule contraceptive sont elles des raisons potentielles pouvant mener à une attaque cérébrale. Roman Sztajzel des HUG ajoute: «Pour les patients très jeunes, âgés entre 20-30 ans, nous constatons une prédominance féminine, alors qu’à partir de 30 ans, la prédominance est masculine. Pour les femmes ce sont surtout les thromboses veineuses cérébrales qui sont au premier plan. Dans ce contexte, il existe un lien avec la contraception orale. En effet, lorsque la contraception contient des oestrogènes, les risque d’AVC est augmenté d’environ 4x.» Et d'ajouter: «D’autres facteurs à risque vont également jouer un rôle, en particulier le tabac. En effet, les études montrent que le risque augmente avec durée et surtout les nombre de cigarettes consommés. En effet si l’on fume entre 1 et 10 cigarettes, les risque augmente de 2 fois, alors que si l’on fume 40 cigarettes ou plus, le risque va augmenter jusqu’à 10 fois».


Arrêter de fumer, boire peu d'alcool et faire du sport

Dans la plupart des cas, une attaque cérébrale est déclenchée par une embolie. Celle-ci se forme souvent au niveau des artères, obstruées par des dépôts de graisse ou de calcaire ou alors dans le coeur. Les conséquences d'un AVC peuvent être très graves. Une étude réalisée par Marcel Arnold révèle que 3% des patients de moins de 55 ans sont décédés et près d'un quart des personnes concernées sont restées handicapées. «Cela signifie souvent une qualité de vie réduite et le retour dans la vie active est très difficile, voire impossible», explique-t-il.

Afin de réduire au maximum le risque d'une attaque cérébrale, Marcel Arnold conseille: «Il faut arrêter de fumer, boire peu d'alcool, éviter d'être en surpoids, beaucoup bouger et réduire le stress.» Patrik Michel du CHUV rappelle qu'il est également important de dormir entre 6 et 9 heures par nuit ainsi que de détecter et traiter une éventuelle apnée du sommeil. «Au niveau nutrition, nous recommandons de manger un régime varié du type méditerranéen avec beaucoup de fruits et légumes, du poisson plutôt que de la viande, et de boire au maximum un verre de vin, ou l’équivalent d’un autre type de boissons alcoolisé par jour, pour les femmes et deux pour les hommes. Des études ont aussi montré que de boire 3 à 5 tasses de café par jour et consommer des quantités modestes de chocolat, noir surtout, pourrait être bénéfique», explique-t-il.

(ann/ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Duvent le 01.02.2017 11:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien d'étonnant !!!

    Les entreprises pressent leurs employés comme des citrons. Les jeunes se dopent pour tenir le coup et les moins jeunes font des burn-out. A la longue tout se paie ......

  • Para Cetamol le 01.02.2017 11:01 Report dénoncer ce commentaire

    Oui mais

    Sauf qu'une vie saine est devenu un luxe que finalement peu de personnes peuvent s'offrir...

  • Swiss rules le 01.02.2017 10:42 Report dénoncer ce commentaire

    Mais pas seulement...

    Il y a aussi certaines pilules contraceptives et la taurine contenu dans certaines boissons énergisantes qui provoquent des AVC....

Les derniers commentaires

  • Auguste Wiseman le 02.02.2017 20:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive la jeunesse, notre avenir

    Normal, ils ont leurs smart phones collés à l'oreille 24 heures sur 24, ils ne bougent plus, restent assis comme des larves, fument des pétards, snifent de la coke, se saoulent la gueule et écoutent du bruit qu'ils appellent de la musique, en se secouant la tête comme des débiles! Après, il ne faut pas s'étonner qu'ils finissent comme de gros légumes, puisqu'ils les ont cultivés!

  • val le 01.02.2017 17:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    stressés de nature

    les jeunes veulent tout contrôler, tout savoir, tout faire, tout oser, tous compétitifs, pas d'amour, pas de sérénité, toujours à l'affut, toujours en manque de... frustrés, révoltés, ne veulent pas ou plus suivre le processus social établi et voilà le résultat des courses, des stressés de nature et des angoissés et le corps ne résiste pas ou plus...

  • Koralie le 01.02.2017 17:33 Report dénoncer ce commentaire

    Ca ne m'etonne pas

    30% des 15-19ans fument. Avec des capacités respiratoires réduites, ils abandonnent le sport et picolent. La politique laxiste sur le tabagisme de ces 15 dernières années commence à se faire ressentir.

  • Jeanne le 01.02.2017 17:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réponse

    Avant on ne les mettaient pas devant Ordi, tablettes ou autres... afin d'être tranquille hein..! sport et dehors même par mauvais temps et vraie nourriture alors cherchez l'erreur... Bref No Comment aujourd'hui ça devient n'importe quoi!! Ne vous plaignez pas il n'en tient qu'à vous.

    • Amélie le 02.02.2017 07:35 Report dénoncer ce commentaire

      Je trouve cela un peu raccourci Jeanne

      J'ai 31 ans et j'ai fais un AVC il y a 7 mois maintenant ..... je suis toujours en rééducation .... il y a 31 ans les tablettes n'existaient pas et les ordinateurs n'étaient pas démocratisés... j'ai donc joué notamment beaucoup dehors! Je ne fumais pas, buvais raisonnablement,mangeais sainement et courrais environ 10km par semaine .... alors difficile de raccourcir ce genre d'épreuve en pensant qu'il n'en tient qu'à nous ...

  • Yasmine le 01.02.2017 17:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pilule et AVC

    et la pilule qui contribue à augmenter le risque AVC vous n'en tenez pas compte dans vos statistiques?