Wil (SG)

05 décembre 2018 15:23; Act: 05.12.2018 18:05 Print

Keller-Sutter célébrée par ses amis politiques

Réunis à Wil (SG), bastion PDC, les collègues de parti de Karin Keller-Sutter ont vibré mercredi avec leur championne.

Voir le diaporama en grand »
Le conseil fédéral «newlook» in corpore, avec les deux nouvelles élues: Viola Amherd et Karin Keller-Sutter (Vendredi 7 décembre 2018) Karin Keller-Sutter félicitée par son époux, Morten Sutter. (Mercredi 5 décembre 2018) Karin Keller-Sutter a eu droit à des démonstrations de sympathie sur la Place fédérale à Berne. (Mercredi 5 décembre 2018) Bain de foule sur la Place fédérale pour Viola Amherd après son élection. De la part notamment des Valaisans qui ont fait le déplacement à Berne. (Mercredi 5 décembre 2018) Ueli Maurer présidera la Confédération en 2019. Il a été brillamment élu par 201 voix sur 209 bulletins valables. (Mercredi 5 décembre 2018) Le Parlement a AUSSI élu Simonetta Sommaruga à la vice-présidence du Conseil fédéral par 196 voix sur 216 bulletins valables. (Mercredi 5 décembre 2018) Le conseil fédéral «newlook» in corpore. (Mercredi 5 décembre 2018) Viola Amherd et Karin Keller-Sutter saluent leurs futurs collègues. (Mercredi 5 décembre 2018) Une image historique. Karin Keller-Sutter (à droite) et Viola Amherd prêtent serment.(Mercredi 5 décembre 2018) Bouquets de fleurs aux deux nouvelles conseillères fédérales.(Mercredi 5 décembre 2018) En Suisse, on ne peut gagner qu'ensemble, a déclaré la nouvelle conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, au moment d'accepter son élection. (Mercredi 5 décembre 2018) Karin Keller-Sutter ovationnée et fleurie. Congratulations. Karin Keller-Sutter prendra la succession de Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral. Karin Keller-Sutter (à droite) prendra la succession de Johann Schneider-Ammann et Viola Amherd remplacera Doris Leuthard. L'Assemblée fédérale a élu mercredi au premier tour la conseillère aux Etats saint-galloise par 154 voix sur 237 bulletins valables. Première allocution de la nouvelle conseillère fédérale Viola Amherd. «Je suis consciente de la tâche qui m'incombe et je l'accomplirai avec sincérité et collégialité», a-t-elle dit après son élection à la tribune de l'Assemblée fédérale. Viola Amherd remplacera Doris Leuthard au Conseil fédéral.La conseillère nationale valaisanne a été élue par 148 voix sur 240 bulletins valables. C'est la quatrième fois de l'histoire que le Valais est représenté au Conseil fédéral. L'Assemblée fédérale a élu au premier tour Viola Amherd. Le dépouillement peut commencer La procédure de vote a démarré. Au menu de cette consultation Dans son allocution de départ, Johann Schneider-Ammann à insisté sur un triptyque: honnêteté, fiabilité et courage, dess vertus qui doivent conduire l'action politique pour le bien du pays Baisers, standing ovation bis pour la sortante Doris Leuthard. Dans son discours d'adieu, Doris Leuthard a mis en garde contre un affaiblissement du multilatéralisme. «Malgré sa petite taille, la Suisse joue un rôle important, car nous sommes crédibles et fiables, et nous agissons de manière indépendante». Des bouquet de fleurs pour Doris Leuthard en compagniede Johann Schneider-Ammann Dans son discours d'adieu, Doris Leuthard a mis en garde contre un affaiblissement du multilatéralisme. «Malgré sa petite taille, la Suisse joue un rôle important, car nous sommes crédibles et fiables, et nous agissons de manière indépendante». Les tribunes sont pleines et la salle du National se remplit peu à peu. Hans Wicki, le rival de Karin Keller-Sutter, est lui aussi arrivé très discrètement. Karin Keller-Sutter à son arrivée A 55 ans, elle est la «super favorite» de cette élection au Conseil fédéral. Un peu de folklore st-gallois à Berne L'arrivée des bouquets de fleurs pour les élues et pour Mme Leuthard? Les parlementaires arrivent les uns après les autres comme Albert Rösti, le président de l'UDC

Une faute?

L'euphorie est grande à Wil (SG), bastion PDC, mais patrie de Karin Keller-Sutter. Réunis dans un restaurant apprécié de la droite bourgeoise, les collègues de parti de la sénatrice libérale-radicale ont vibré mercredi matin avec leur championne, puis célébré son élection au Conseil fédéral.

«Bien sûr que nous tenons les pouces à notre Karin!», martèle Claudio Altwegg, président de la section locale du PLR. Le café est servi, les croissants aussi. Une soixantaine de libéraux-radicaux sont réunis dès 08h00 dans la «Salle princière» du Hof zu Wil, restaurant logé dans un bâtiment âgé de 800 ans.

Réaction de Karin Keller-Sutter

Un restaurant «fan» de KKS

Karin Keller-Sutter a célébré de nombreuses victoires électorales dans l'établissement. Les murs de la salle sont recouverts de photos illustrant les étapes politiques importantes de «KKS», à commencer par la fondation d'une section locale de jeunes libéraux-radicaux par Karin Keller-Sutter en 1988.

Suivent ses élections au législatif communal, au Grand Conseil, au Conseil d'Etat, puis au Conseil des Etats. «Nous sommes totalement sur sa ligne politique», confiait la veille le patron du restaurant Edgar Bürgler.

La «rebelle contrôlée» fait rire

L'ambiance est détendue. Les amis politiques de la présidente de la Chambre des cantons suivent l'élection au Conseil fédéral en direct à la télévision alémanique SRF. La diffusion d'un portrait de Karin Keller-Sutter est regardée avec enthousiasme. La confrontation de la conseillère aux Etats st-galloise avec son passé de jeune fan de musique punk fait rire l'assistance qui la connaît bien. L'hilarité est générale lorsqu'elle répond: «j'ai été rebelle, dans une mesure contrôlée.»

Un exemple pour les femmes

Peu avant 10h00, l'élection de la libérale-radicale est déjà acquise. «Elle est un exemple pour nous, une motivatrice», confie à Keystone-ATS Cornelia Kunz, vice-présidente de la section locale du PLR. Agée de 36 ans, cette économiste se réjouit de la nette victoire des femmes dans cette double élection.

«Karin Keller-Sutter est très consciencieuse», assure Cornelia Kunz. Et d'ajouter qu'après la période difficile qu'a traversée la Wiloise de 54 ans après sa non-élection au Conseil fédéral, il y a huit ans, il est d'autant plus beau qu'elle se soit lancée à nouveau dans la course et accède finalement au gouvernement du pays.

En automne prochain, le PLR st-gallois proposera pour la première fois une liste féminine à l'élection au Conseil national. Cornelia Kunz y figure en douzième position. «Nous nous sommes fixés des objectifs élevés», souligne-t-elle.

Indiscutablement, le parcours de Karin Keller-Sutter a inspiré de nombreuses femmes bourgeoises à Wil et dans le canton. Fille émancipée d'un couple de restaurateurs démocrates-chrétiens, petite soeur de trois frères âgés de neuf à treize ans de plus qu'elle, KKS a appris très tôt à s'imposer. Elève, elle était cheffe de classe et négociait avec les enseignants.

Economie ou affaires étrangères

Amie des animaux, la St-Galloise voulait devenir vétérinaire, lorsqu'elle était enfant. La voilà conseillère fédérale. «Je la verrais de préférence au département de l'économie ou aux affaires étrangères», observe Salome Zeintl, présidente des jeunes libéraux-radicaux de Wil.

Pendant que les collègues de parti de KKS arrosent son élection à la fonction suprême, des employés de la ville déroulent une affiche dans la rue. On peut y lire «Nous félicitons cordialement Karin Keller-Sutter pour son élection au Conseil fédéral». L'héroïne sera fêtée par les siens le 13 décembre.

(nxp/ats)