Succession de Schneider-Ammann

09 octobre 2018 09:11; Act: 09.10.2018 19:30 Print

Keller-Sutter est candidate au Conseil fédéral

La conseillère aux Etats saint-galloise Karin Keller-Sutter brigue l'investiture libérale-radicale pour la succession de Johann Schneider-Ammann.

storybild

Agée de 54 ans, Karin Keller-Sutter est considérée comme la favorite. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Karin Keller-Sutter (PLR/SG) se lance dans la course au Conseil fédéral. La présidente du Conseil des Etats l'a annoncé mardi après-midi dans son fief de Wil (SG). La St-Galloise brigue l'investiture libérale-radicale pour la succession de Johann Schneider-Ammann.

«Après avoir consulté mon mari, ma famille, mes amis et mes compagnons de route politiques la semaine dernière, j'ai décidé, après mûre réflexion, de me mettre à la disposition de mon parti pour une candidature à l'élection au Conseil fédéral», a déclaré Karin Keller-Sutter aux médias. «Ce serait un honneur et une joie de représenter mon canton et la Suisse orientale au gouvernement.»

Agée de 54 ans, Karin Keller-Sutter siège à la Chambre des cantons depuis sept ans. Elle est considérée comme la favorite de cette élection. Les pressions sont fortes pour que son parti mise sur un ticket unique portant son nom.

Dame de fer adoucie et bilingue

Ministre st-galloise de la sécurité de 2000 à 2012, elle a fait acte de candidature une première fois au Conseil fédéral en 2010, pour succéder à l'Appenzellois Hans-Rudolf Merz. Sa défaite face à Johann Schneider-Ammann constituait alors une surprise.

Championne de la promotion des femmes, la gauche a pourtant préféré soutenir l'entrepreneur face à la «dame de fer» en matière d'immigration.

Aujourd'hui, la gauche ne considère plus Karin Keller-Sutter comme une alliée de l'UDC. Le binôme st-gallois qu'elle compose au Conseil des Etats avec le président de l'USS Paul Rechsteiner s'illustre par son harmonie et son pragmatisme. La libérale-radicale a convaincu des parlementaires en dehors des rangs de son parti en s'attaquant à des dossiers comme la santé ou l'UE.

Parfaitement bilingue, Karin Keller-Sutter a suivi une partie de sa scolarité à Neuchâtel. Interprète et traductrice, puis enseignante dans une école professionnelle, elle dispose d'un bagage universitaire en sciences politiques et en pédagogie.

Deux papables renoncent

Au sein du PLR, deux autres candidats potentiels ont déjà renoncé à se lancer dans la course au gouvernement. Le conseiller aux Etats appenzellois des Rhodes-Extérieures Andrea Caroni a jeté l'éponge la semaine dernière, invoquant une charge de travail incompatible avec ses responsabilités familiales.

Il a même plaidé en faveur d'une candidature de sa collègue Karin Keller-Sutter. «Notre gouvernement a besoin d'une présence plus forte de la Suisse orientale, de femmes et surtout de personnalités fortes et compétentes», avait-il expliqué.

Autre personnalité pressentie au PLR, la ministre zurichoise de l'économie Carmen Walker Späh ne veut pas non plus devenir conseillère fédérale. Elle explique son refus par ses fonctions au gouvernement zurichois.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Lucas le 09.10.2018 10:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore ?

    Je ne comprendrai jamais en quoi le genre d'un conseiller va lui permettre de faire un meilleur travail. Homme ou femme, ce n'est pas important.

  • Jype le 09.10.2018 10:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand on ne sait rien, mieux vaut se taire!

    Cela a certainement été « supposé » dans les « milieux autorisés » ? Ah Coluche tu nous manques....

  • Jean-François Chevalley le 09.10.2018 09:37 Report dénoncer ce commentaire

    KKS au CF

    La Suisse a la chance d'élire au Conseil Fédéral une personnalité de premier rang, dont l'intelligence, le sens politique, celui du compromis ont pu être perçus par les 247 membres de l'Assemblée Fédérale, en plus KKS est une femme élégante, charmante, à l'écoute, fera honneur à notre pays et en défendra les intérêts avec brio, ténacité et compétence, que veut le peuple de plus ?

Les derniers commentaires

  • Bernard Gorgerat le 10.10.2018 19:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Double ou quitte !

    C'est la dernière qui sonne.

  • Cavalino Rampante le 10.10.2018 10:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La peau lytique fait des râles

    Sera-t-elle a l'heure avec la Ghibli de Schneider Ammann ou en retard avec la Model S de Doris qui recharge parce qu'il n'y a pas le feu, si justement, il y a...si tu pousses trop sur la file de gauche, alors fait gaffe. J'attire je questionne?

  • Trump le 10.10.2018 05:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pas de femme...

    Car on peut plus les critiquer sans passer pour des sexistes ou harceleur, un homme au moins on peut lui vomir dessus ça passe comme une lettre a la poste ... Bah oui faut bien user de contre mesure a ce feminisme... Elles sont tellement agressive que au final c'est ça qu'elles vont obtenir : un grand coup de marche arrière, et si c'est pas l extrêm droite qui leur remettra les pendule a l heure ça sera leur religion favorite l Islam qui le fera...

    • georges moussu le 10.10.2018 15:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Trump

      elle veut essayer de battre la simonetta mais franchement la barre de l'incompétence est haute et le challenge élevé pour arriver a ce niveau !

  • Turlututu le 09.10.2018 23:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Libre service

    la chance que l'on a , c'est que Junker le don Juan de Bruxelles va se retirer.

  • MG - Le Lignon le 09.10.2018 22:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Politique

    Bonne chance chère Madame.