20 février 2007 17:43; Act: 20.02.2007 17:49 Print

L'Initiative des Alpes veut un «rail pricing»

L'Initiative des Alpes rejette le report après 2009 du transfert des marchandises de la route au rail.

Une faute?

L'organisation propose d'introduire un «rail pricing» pour améliorer le rendement des tracés et résorber d'éventuels goulets d'étranglement.

Avec ce système, les prix des tracés seraient différenciés en fonction de l'offre et de la demande, ont précisé mardi les militants devant les médias réunis à Berne. Dans la pratique actuelle, ce prix est d'abord déterminé par le poids du train. Par conséquent, certains tracés sont à peine utilisés, constate l'association.

En moyenne, les tracés de l'axe Nord-Sud ne sont empruntés que 160 jours par an. Il existe donc de grandes réserves en capacité qui pourraient être utilisées avant d'élargir le réseau à grands frais. Le «rail pricing» contribuerait à vendre les tracés les moins demandés, selon les représentants de l'Initiative des Alpes.

Elargir les infrastructures

L'organisation propose aussi d'accélérer la réalisation de la deuxième étape de Rail 2000 (ZEB). Pour financer cet avancement, le directeur de l'Initiative des Alpes Alf Arnold propose de réaménager le plafond des dépenses dévolu au soutien du transport ferroviaire de marchandises.

«Ce plafond de dépenses doit pouvoir servir aussi à financer des infrastructures», argumente Alf Arnold. «Car une réalisation rapide de la bourse du transit alpin permettra de faire l'économie d'une partie des subventions d'exploitation.»

Pas lié à l'achèvement du Gothard

Le transfert du trafic de marchandises n'est pas lié à l'achèvement du tunnel de base du Gothard, estime l'association. Les militants ont critiqué à cet égard que le Conseil fédéral suggère le contraire.

Jusqu'en 2009, aucun problème de capacités ferroviaires n'est d'ailleurs à craindre, souligne l'organisation, même si l'on respecte l'objectif prescrit en matière de transfert modal. Les propositions de l'Initiative des Alpes visent en revanche les goulets d'étranglement qui pourraient surgir à moyen terme sur les lignes d'accès aux tunnels du Gothard et du Lötschberg.

Le président de l'association Fabio Pedrina a pour sa part exhorté le Conseil fédéral à inscrire dans la future loi l'objectif de 650 000 trajets routiers encore autorisés en 2009. Le conseiller national (PS/TI) demande aussi un soutien financier d'au moins 2 millions de francs au transport de marchandises par rail.

Menaces de dénonciation

Les initiants du texte adopté par le peuple en 1994 ont en outre réitéré leur menace de déposer une dénonciation auprès de l'autorité de surveillance, si le Conseil fédéral persiste à différer le transfert modal. Ils rappellent qu'un tel renvoi requiert une modification constitutionnelle et un nouveau vote populaire.

Dans son projet de loi mis en consultation en juillet dernier, le gouvernement propose trois variantes pour appliquer le transfert du transport de marchandises de la route au rail. Deux d'entre elles prévoient de renvoyer cette échéance de 2009 à 2017.

L'association de l'Initiative des Alpes a enfin annoncé quelle continuerait d'exiger un durcissement du système de dosage du trafic au Gothard. Elle réclame aussi l'introduction d'une bourse alpine, à savoir la mise aux enchères des droits de passage à travers les Alpes pour les camions.

(ats)