Fédérales 2011

25 mars 2011 17:36; Act: 25.03.2011 17:53 Print

L'UDC conteste la trève de manifestations

L'UDC juge intolérable la décision de la Ville de Berne d'interdire les manifestations politiques sur la Place fédérale en octobre.

Une faute?

L'UDC juge intolérable la décision de la ville de Berne d'interdire les manifestations politiques sur la Place fédérale en octobre. Le parti maintient sa demande d'organiser un rassemblement peu avant les élections fédérales et refuse une date alternative.

La décision de l'exécutif de la ville est une restriction de la liberté de réunion intolérable, écrit l'UDC vendredi. Le parti juge aussi inacceptables les raisons avancées. Il attend du Conseil municipal qu'il autorise la manifestation ou, en cas de refus, qu'il prenne «une décision dûment motivée et sujette à recours».

Début mars, l'exécutif de la ville avait expliqué que la Place fédérale était déjà réservée pour d'autres événements, notamment par un studio électoral mobile de la SSR.

De plus, il aurait dû trancher pour savoir à qui attribuer le 8 octobre, la seule date restante, le PS et d'autres formations ayant également annoncé leur volonté d'organiser une manifestation.


Le PS d'accord

Pour le PS, la ville propose le 3 septembre. Le secrétaire général du parti socialiste Thomas Christen déclare que sa préférence va certes au mois d'octobre, mais le parti peut très bien s'imaginer organiser son rassemblement plus tôt.

Le Conseil municipal n'entend pas revenir sur sa décision, a expliqué à l'ATS le directeur de la sécurité Reto Nause (PDC). Il affirme avoir cherché le dialogue avec le président de l'UDC Toni Brunner: deux lettres et plusieurs SMS sont restés sans réponse.

La ville propose le 10 septembre à l'UDC, ajoute Reto Nause, qui espère une solution commune. Pour lui, la priorité est que les manifestations politiques n'implique pas d'incidents.

Violences

La décision de la ville est liée aux incidents intervenus le 6 octobre 2007, deux semaines avant les élections fédérales. Des sympathisants et membres de l'UDC voulaient alors traverser la ville pour gagner la Place fédérale. Des opposants avaient mis sur pied une contre-manifestation autorisée dans la vieille ville.

La situation avait rapidement dégénéré et des casseurs ont empêché le défilé de l'UDC. Les images des violences avaient fait le tour du monde. Ce scénario ne devrait plus se produire, l'exécutif ayant aussi interdit que deux manifestations politiques aient lieu le même jour.

(ats)