Relations Suisse - UE

18 juin 2019 12:35; Act: 18.06.2019 15:33 Print

L'UE constate «un manque de progrès» avec Berne

Le vice-président de l'Union européenne a cependant déclaré mardi que la porte «restait ouverte» pour la Suisse.

storybild

En décembre 2017, l'Union européenne (UE) avait accordé pour la première fois à la bourse suisse une reconnaissance d'équivalence pour une période limitée. (Photo: Keystone/Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Union européenne (UE) a remis un peu la pression mardi sur la Suisse. Bruxelles constate un «manque de progrès» avec Berne sur l'accord-cadre institutionnel. Pour la Commission européenne, il n'y a pas de nécessité de prendre de décision dans l'immédiat.

C'est le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, qui est venu en conférence de presse mardi à la mi-journée à Bruxelles faire le point sur les relations entre la Suisse et l'UE. Beaucoup s'attendaient à une décision officielle sur l'équivalence pour la bourse suisse, mais il n'y a eu aucune annonce précise.

Tout au plus, interrogé par un journaliste sur cette question, Maros Sefcovic a répondu qu'à moins que la Commission européenne «n'en décide explicitement autrement», l'équivalence boursière expirerait automatiquement le 30 juin. «Je pense que c'est une déclaration très, très claire», a-t-il affirmé.

La Commission européenne, y compris son président Jean-Claude Juncker et le commissaire européen pour la Politique régionale et l'intégration, Johannes Hahn, ont fait tout leur possible pour parvenir à un résultat, a souligné Maros Sefcovic.

«Le meilleur de nous-mêmes»

Il a rappelé qu'il y avait eu «d'innombrables et d'innombrables négociations» avec la Suisse. Jean-Claude Juncker s'est entretenu personnellement 23 fois avec quatre présidents de la Confédération. Il y a eu 32 cycles de négociations et le commissaire Hahn n'arrivait même plus compter le nombre de fois où il s'est entretenu avec des représentants helvétiques. Pour le vice-président de la Commission, c'est la preuve évidente que «nous avons donné le meilleur de nous-mêmes».

Si Bruxelles constate «un manque de progrès» avec Berne, selon les propos de Maros Sefcovic, les portes de la Commission européenne actuelle restent néanmoins toujours «ouvertes» jusqu'à la fin de son mandat, qui expire officiellement le 31 octobre prochain, a-t-il dit.

Il y a exactement une semaine, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s'était dit prêt à discuter avec Berne de «précisions» sur l'accord-cadre institutionnel, à la suite de la réponse helvétique qui demandait, elle, des clarifications. Mais il n'y aura pas de renégociation et ces clarifications devront avoir lieu «dans les prochains jours», avait-il insisté.

Balle dans le camp des Etats membres

Cela dit, il ne semble pas encore trop tard pour étendre l'équivalence boursière. Selon des informations de la Commission européenne, les Etats membres pourraient prendre une décision dans les cinq jours. Ils auraient toutefois besoin d'un signal positif de la Commission Juncker.

En décembre 2017, l'Union européenne (UE) avait accordé pour la première fois à la bourse suisse une reconnaissance d'équivalence pour une période limitée. Bruxelles avait lié son extension à l'avancement des négociations sur l'accord-cadre entre la Suisse et l'UE. En 2018, la Commission européenne avait de nouveau prolongé cette équivalence jusqu'à la fin juin 2019.

De son côté, le 30 novembre dernier, le Conseil fédéral avait pris des mesures pour protéger la place financière suisse. Il a révisé une ordonnance de manière à obliger les bourses européennes à demander une reconnaissance pour négocier des actions de sociétés suisses sur leur plateforme. L'idée est que les investisseurs de l'UE puissent continuer à négocier les actions helvétiques sur les bourses suisses sans violer le droit européen.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lucas le 18.06.2019 13:08 Report dénoncer ce commentaire

    Voir et laisser venir

    léquivalence boursière quelle envisage de retirer à la Suisse est accordée depuis longtemps aux Etats-Unis et à Hong-Kong. Sans libre circulation des personnes en contrepartie. Cette inégalité de traitement avec la Suisse ne serait pas si facile à justifier sur le long terme.

  • jean veutpas le 18.06.2019 13:06 Report dénoncer ce commentaire

    on en veut pas de l'UE

    tres bien , car nous on en veut pas de l'UE.

  • L'Arbitre le 18.06.2019 13:06 Report dénoncer ce commentaire

    Chantage et menaces à peine voilées

    Ce sont les seuls arguments de la commission. Et que font nos 7 nains au lieu de profiter de la situation inconfortable de l'UE empêtrée dans le Brexit? Ils tremblent.

Les derniers commentaires

  • horg le 19.06.2019 13:22 Report dénoncer ce commentaire

    hypocrites

    Il faut être deux pour négocier... facile de constater un manque de progrès quand on essaie de faire pression par tous les moyens. Attendons que Junker parte la queue entre les jambes (au grand plaisir des citoyens européens) et attendons que l'UE veuille bien décider de respecter l'une de ses partenaires économique. C'est le seul cadre permettant de vraiment "négocier".

  • Marie le 19.06.2019 04:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des traitres à la nation

    Et dire que le ps a dans son programme l'adhésion à l'ue, mais est-ce que vous vous en rendez compte? Pensez y aux prochaines votations, la peste rouge-rose-verte pourrait nous détruire encore plus rapidement qu'ils ne le prévoient

    • KillazFab le 19.06.2019 23:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marie

      Je vous signale en passant que c'est le PLR et EconomieSuisse qui font pression sur la société suisse et sur le Conseil Fédéral pour accélérer la signature de l'accord cadre en dépit de la catastrophe annoncée pour la population suisse dont le salaire médian pourrait baisser de 40% en quelques années au plus. Pensez-y effectivement aux prochaines votations. Quand aux socialistes, cela fait longtemps qu'au-delà du discours de façade et quelques touchettes à vocations sociales, ils sont totalement alignés sur le programme du PLR.

  • Pedro le 18.06.2019 23:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas besoin de l'UE finalement...

    Vivement qu'on fasse plus de buisness avec d'autres grandes puissances démocratiques comme les USA et la Chine.

  • trotro le 18.06.2019 23:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Inutile de chouiner contre l'UE

    Si la Suisse est dans cette situation, c'est que (à l'instar de la Grande-Bretagne) elle s'y est mise toute seule... Notamment en se présentant naguère comme futur membre du club pour réclamer des accords bilatéraux. Et pour les petits malins soi-disant experts qui souhaitent envoyer promener l'UE (comme ils préconisent un Brexit sans accord), sachez que la Suisse est libre de renoncer et de quitter la table des négociations. Ce n'est pas l'UE qui va retenir qui que ce soit (ni exercer de "diktat", ni de "chantage"). Et c'est encore moins elle qui va y perdre.

    • Chouineur pure et dure le 19.06.2019 01:45 Report dénoncer ce commentaire

      @trotro

      Lol, vous semblez ignorez que l'UE faisait du pied à la suisse depuis longtemps pour qu'elle y adhère. Je vous conseille de lire l'exposé de Nicolas G. Hayek sur la Suisse et lUnion Européenne.

    • trotro le 19.06.2019 02:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Chouineur puR et duR

      ... et la Suisse a refusé d'adhérer. Ensuite, elle a effectivement *chouiné pour avoir accès au marché européen quand même. Et maintenant elle pleurniche parcequ'il va y avoir des conditions pour en profiter... La meilleure, c'est que nos "experts" sur ce forum osent parler de diktat ! Il vaudrait mieux pour eux commenter sur le foot ou les bimbos de téléréalité, ce serait plus de leur niveau.

    • Marie le 19.06.2019 04:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @trotro

      Par contre pour accepter les différents milliards de cohésion là elle n'y renonce pas n'est-ce pas?

    • Marie le 19.06.2019 04:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @trotro

      Quand on ne connaît rien à la politique internationale et encore moins à l'histoire on ne la ramène pas. L'ue dans sa forme actuelle est un monstre technocrate gavé d'idéologie socialiste qui ne pense qu'à sauver et maintenir le pouvoir centralisé de ses élites non-élues faut-il encore le répéter

    • Pas Joseph le 19.06.2019 06:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marie

      Vouiiii parce que vous, vous êtes un grand connaisseur de la politique de notre pays. Passer vôtre temps sur ces forums avec vos potes, à accuser de tous les maux la gauche qui n'est pas et n'a jamais été majoritaire...reconnaissez-lui au moins une qualité, cette gauche que vous critiquez continuellement, vous permet de manger en pianotant le clavier, la droite vous demande d'aller travailler.

    • Magico le 19.06.2019 06:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @trotro

      Quand un partenariat devient totalement asymétrique, avec un côté qui impose, qui exige et qui menace et l'autre qui n'a comme seul choix de s exécuter ou de subir des rétorsions, vous appelez ça comment vous ?

    • xx le 19.06.2019 14:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @trotro

      Pas d'accord L'UE n'a aucun respect pour ces citoyens elle vise que ses intérêts avant. Regardé le nombre de chaumeurs en Europe , croyez-vous que sa les préoccupent ? Si la Suisse n'est pas dans l'Europe cest qu'elle à constaté la mauvaise volonté de L'UE. L'UE martèle la suisse car notre pays est petit et ne veux pas de cette Europe. La Suisse doit montrer maintenant qu'elle est forte qu'elle peux très bien se passer de l'Europe. L'Europe crois qu'elle est indispensable pour la Suisse c'est faut. L'Europe a plus besoin de de la Suisse que la Suisse de l'Europe. L'Europe a peur de la Suisse (démocratie) alors elle la menace ce qui est un signe de faiblesse. La Suise a les moyen également de faire pression et menacer les Européens. Il faut que nos politiciens réfléchissent avec la manière comment contrer cette Europe antisocial. Nos politiciens doivent se reprendre et ne pas chercher toujours la facilité en baissant leurs culottes.

    • ignard le 19.06.2019 14:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Magico

      Et le partenariat commercial ? et les échanges d'étudiants, horizon 2020, participation à des projets européens avec de grosses sommes distribuées, l equivalence boursière, reconnaissance des soins dans l'UE, ect.... tout ça c'est quoi d'après vous ? c'est bien l'UE qui donne alors dire que l'UE impose et que la Suisse baisse la tête est tout faux. Pour l'instant, la Suisse profite un max de l'UE autant vous en deplaise.

    • Ignard +1 le 19.06.2019 16:06 Report dénoncer ce commentaire

      @ignard

      Partenariat commercial bof, ca n'en a que le nom. On a des accord de libre échange qui fonctionne très bien avec les autres pays et avec qui on a de meilleures relations. Echange étudiant: vu le prix de la vie en suisse, c'est les étudiant de l'UE qui sont gagnant et on peut financer notre propre programme d'étude à l'étranger et pas qu'avec l'UE (USA, Japon, etc). Pour la participation au programme européen, il faudrait voir aussi les sommes que les cantons et la confédération dépense pour des ressortissants de l'UE et pas qu'en suisse.

    • ignard +1 le 19.06.2019 16:12 Report dénoncer ce commentaire

      @ignard

      Concernant l'équivalence boursière, c'est une mesure qui vise à sécuriser l'épargne des citoyens de l'UE. La suisse rempli toutes les conditions mais elle est éjecté pour des raison politique alors que cette dernière est accordé au autre pays sur la base d'une reconnaissance mutuelle qui est bénéfique au deux pays. Reconnaissance des soins dans l'UE, il me semble que c'est plutôt à l'avantage de l'économie de l'UE que de celle de la suisse de recevoir l'argent des caisses d'assurance suisse.

    • zigouille le 19.06.2019 19:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @trotro

      Il vous faut finir votre partie de pétanque !

    • pupuce le 19.06.2019 19:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @ignard

      Bientôt des accords sérieux avec la GB pas besoin de verser des milliards à cette UE ! On ne sait même pas où va ce fric ! peut-être pour payer les nombreuses verrées, repas, etc.

    • KillazFab le 19.06.2019 23:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pas Joseph

      Le problème c'est que la gauche institutionnelle n'est plus de gauche depuis longtemps et c'est elle seule qui siège aux chambres pour 20% au milieu de 80% de partis bourgeois. Une gauche comme celle-là ne siège que par la grâce de la bourgeoisie qui la tolère comme soupape, qui ne l'accepte que pour jouer au fou du roi, bouffon sans pouvoir, mais proche du pouvoir, laquais des puissants, dociles et obéissants.

  • Sans Ktions le 18.06.2019 20:53 Report dénoncer ce commentaire

    Plus d'équivalence boursière

    Tant pis. Déjà, et d'une, ça marche dans les deux sens, et ensuite, il y a clairement matière à assigner l'eu en justice pour traitement discriminatoire. Rappelons simplement, pour mémoire, que la Chine et les Etats-Unis en bénéficient sans être contraints à une contrepartie sous forme de libre circulation. Et allez donc! C'est parti pour des amendes en forme de milliards.