Suisse

26 juin 2019 14:26; Act: 26.06.2019 17:37 Print

L'accès à la psychothérapie sera facilité

Le Conseil fédéral prône un nouveau modèle qui permettra aux psychologues-psychothérapeutes de pouvoir exercer à titre indépendant.

Les troubles psychiques sont de plus en plus fréquents, fait remarquer le Conseil fédéral.

Une faute?

Les psychologues-psychothérapeutes pourront à l'avenir exercer à titre indépendant, sans la surveillance d'un médecin. Le Conseil fédéral a mis en consultation mercredi ce projet qui permet d'accélérer la prise en charge des personnes atteintes de troubles psychiques.

Les prestations fournies par des psychologues, formés en psychothérapie, seront remboursées par l'assurance maladie de base. Mais elles devront avoir été prescrites par un médecin. Les thérapeutes devront aussi posséder une qualification appropriée ainsi qu'une autorisation de pratiquer délivrée par le canton. Ce modèle est déjà appliqué pour la physiothérapie, l'ergothérapie ou la neuropsychologie.

Les psychologues attendaient ce changement depuis longtemps. Actuellement, ils peuvent fournir leurs prestations sous la surveillance d'un médecin et dans le cabinet de celui-ci pour pouvoir être remboursés par l'assurance de base.

Situation pas satisfaisante

Le modèle repose sur un arrêt du Tribunal fédéral, conçu comme une réglementation transitoire avant l'entrée en vigueur en 2013 de la loi sur les professions de la psychologie. Depuis, les formations de base et postgrade ont été harmonisées.

La situation actuelle n'est pas satisfaisante, a expliqué le ministre de la santé Alain Berset devant la presse. Il peut se passer plusieurs mois avant qu'un jeune en dépression, par exemple, puisse suivre une thérapie. Le nouveau modèle améliore la prise en charge des enfants et des adolescents, mais aussi des adultes en situation de crise et d'urgence.

La prescription d'un médecin de premier recours facilite l'accès à la psychothérapie qui pourra débuter à temps, sans attendre l'aval d'un médecin psychiatre. Elle réduit la durée des thérapies et la chronicisation des maladies.

Troubles fréquents Les troubles psychiques sont de plus en plus fréquents, justifie le gouvernement. Au cours d'une année, jusqu'à un tiers de la population est touchée par une maladie psychique nécessitant un traitement, comme une dépression, un trouble de l'anxiété et une addiction.

Le gouvernement a prévu des mesures pour éviter une hausse injustifiée des prestations et encourager la coordination entre les médecins et les psychothérapeutes. Une prescription médicale donne droit à quinze séances de psychothérapie au maximum. Elle peut être reconduite pour 15 séances de plus.

Au-delà de ces trente séances, un rapport doit être adressé au médecin-conseil de l'assureur. Jusqu'ici, le nombre était fixé à 40.

100 millions de francs

Selon les estimations du Conseil fédéral, un montant de 100 millions de francs sera remboursé par l'assurance de base. Aujourd'hui, les frais sont à la charge des patients eux-mêmes et des assurances complémentaires. À long terme, ce chiffre pourrait encore un peu augmenter. Mais le surcoût sera compensé par l'amélioration de la prise en charge, a relevé Alain Berset.

Les répercussions de la nouvelle réglementation sur les soins et les coûts feront l'objet d'une évaluation ces prochaines années. Elle pourra, le cas échéant, être adaptée.

La Fédération suisse des psychologues, l'Association suisse des psychothérapeutes et l'Association de psychologie appliquée saluent le projet. Le système actuel n'était pas approprié. Lorsque les problèmes psychiques ne sont pas traités à temps, il en résulte des souffrances chroniques et des séjours hospitaliers très coûteux, ont-elles fait valoir dans un communiqué.

Les nouvelles dispositions entraîneront des adaptations dans l'ordonnance sur l'assurance-maladie et dans l'ordonnance sur les prestations de l'assurance des soins. La consultation court jusqu'au 17 octobre.

(nxp/ats)