Suisse - Italie

29 juillet 2014 18:03; Act: 29.07.2014 18:23 Print

L'accord sur la fiscalité est en bonne voie

Il y a de fortes chances qu'un accord sur la fiscalité soit conclu entre la Suisse et l'Italie dans les prochaines semaines, a estimé mardi Didier Burkhalter.

storybild

M. Renzi aurait accepté que l'accord compte trois éléments: la régularisation de l'argent noir jadis caché en Suisse, l'échange d'informations et les listes noires, ainsi que l'imposition des frontaliers italiens. (Photo: Keystone/Palazzo Chigi)

Sur ce sujet
Une faute?

Le conseiller fédéral s'exprimait à l'issue d'un entretien avec le président du Conseil des ministres italien Matteo Renzi sur cette question. M. Renzi, en poste depuis février dernier, aurait accepté que l'accord compte trois éléments: la régularisation de l'argent noir jadis caché en Suisse, l'échange d'informations et les listes noires, ainsi que l'imposition des frontaliers italiens.

«Les perspectives d'un accord équilibré sont concrètes», a ajouté le chef du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) qui avait invité le président italien à Berne pour aborder cette question. Lors d'une conférence de presse avec son homologue Federica Mogherini, Didier Burkhalter a décrit son entretien avec Matteo Renzi comme «direct et ouvert», sans cacher qu'un travail important est encore nécessaire pour faire aboutir un accord.

Cette rencontre était la première d'un conseiller fédéral avec Matteo Renzi. Les discussions sur un accord fiscal avec l'Italie avaient repris en mai 2012. Des élections et des changements de cabinets gouvernementaux ont toutefois ralenti le processus.

Intérêt pour l'Exposition universelle

D'autres thèmes comme l'énergie, les infrastructures et l'immigration ont également été abordés dans le cadre de cette rencontre. Le président de la Confédération a exprimé son intérêt pour l'Exposition universelle 2015, qui se tiendra à Milan et aura pour thème la nourriture et la sécurité alimentaire.

M. Burkhalter a rappelé que la Suisse a, dès ses prémisses, soutenu cette exposition: «Son succès est important pour la Suisse également». L'Italie est le troisième partenaire commercial de la Suisse, et Berne est le quatrième marché d'exportation de Rome.

L«Italie assume depuis le 1er juillet 2014 la présidence du Conseil de l«Union européenne. S«agissant de la politique de la Suisse à l«égard de l«UE, M. Burkhalter a mis en exergue l«intérêt mutuel de la Suisse et de l«Union européenne à préserver et à consolider la voie bilatérale.

Appel pour un cessez-le-feu en Ukraine

M. Burkhalter a par ailleurs relevé l«importance de maintenir des canaux de communication efficaces entre la présidence suisse de l«OSCE et la présidence italienne de l«UE, en relation notamment avec la crise en Ukraine.

En tant que président en exercice de l«OSCE, M. Burkhalter en a appelé à un cessez-le-feu immédiat permettant aux experts d'accéder au site du récent crash d'un avion de la Malaysian Airlines.

L«escalade de la violence au Proche-Orient ainsi que les récents développements en Libye et en Irak ont également figuré au menu des discussions entre la cheffe de la diplomatie italienne Federica Mogherini et M. Burkhalter.

(ats)