Berne

06 décembre 2011 18:31; Act: 06.12.2011 21:14 Print

L'ambassade congolaise visitée

Environ dix personnes ont pénétré mardi après-midi dans l'ambassade de la République démocratique du Congo (RDC) à Berne.

Sur ce sujet
Une faute?

Les activistes se sont introduits dans la représentation alors qu'aucun employé ne s'y trouvait.
Environ une heure plus tard, ils ont quitté d'eux-mêmes le bâtiment et n'ont pas opposé de résistance au moment de leur arrestation, a indiqué la police cantonale bernoise dans un communiqué. Les militants suisses et congolais, qui participaient à cette action politique, ont causé des dommages à l'intérieur de l'ambassade.

Heurts entre pro et anti-Kabila à Londres

Des heurts se sont produits mardi entre la police et quelque 300 opposants au président de la République démocratique du Congo Joseph Kabila, devant la résidence du Premier ministre David Cameron dans le centre de Londres, a constaté l'AFP.
Les manifestants, qui scandaient des slogans et brandissaient des pancartes sur lesquelles était écrit «Dehors Kabila !», ont été repoussés par une cinquantaine de policiers, pour certains en tenue antiémeutes.

Deux manifestants, dont une femme, étaient à terre et ont dû recevoir des soins, a constaté l'AFP. La police a arrêté au moins deux manifestants.

«Nous voulons que Kabila parte», s'est exclamé Jason Kabuta, âgé d'une vingtaine d'années. «Il y a un génocide dans notre pays. Les occidentaux soutiennent Kabila et voilà pourquoi nous sommes devant Downing Street pour demander à David Cameron d'arrêter», a-t-il expliqué.

«Les pays occidentaux le soutiennent parce qu'ils veulent voler nos ressources», a-t-il ajouté.

La Commission électorale pourrait annoncer mardi, tard dans la soirée, les résultats complets provisoires de la présidentielle du 28 novembre en République démocratique du Congo, dans un climat de tension extrême.

Le président sortant Joseph Kabila, 40 ans, élu en 2006, est en tête du scrutin selon des résultats partiels portant sur les deux tiers des bureaux de vote, devant l'opposant Etienne Tshisekedi, 78 ans, qui rejette les résultats de ce comptage.

Arrestations en Belgique

Près d'une centaine de personnes ont été interpellées par la police mardi en début de soirée à Bruxelles au cours d'une manifestation de partisans du candidat de l'opposition en RDCongo, Etienne Tshisekedi, a rapporté l'agence Belga.
Ces manifestants ont été embarqués à bord de plusieurs cars de police, ajoute l'agence belge, selon laquelle une voiture a été incendiée et une station de métro fermée.

Le maire d'Ixelles, une commune appartenant administrativement à Bruxelles, a interdit les rassemblements de plus de dix personnes dans le quartier de Matongé, où vit une importante population congolaise et où des heurts violents avaient déjà opposé la veille des manifestants à la police.

Les manifestants entendaient dénoncer les fraudes au cours de l'élection présidentielle du 28 novembre en République démocratique du Congo. Trois d'entre eux et un policier ont été blessés lundi.

Mardi, des heurts se sont également produits à Londres entre la police et des opposants au président de la RDCongo, Joseph Kabila, devant la résidence du Premier ministre David Cameron.

Les Congolais connaîtront peut-être mardi soir le nom du prochain président de la RDC, si la Commission électorale réussit à compiler tous les résultats à temps.

A Paris, deux policiers ont été légèrement blessés mardi devant l'ambassade de la RDC par une cinquantaine de manifestants qui les ont pris à partie, a-t-on appris de source policière.

Aucun manifestant n'a été interpellé. Une voiture a été retournée et de nombreuses pierres jonchaient les trottoirs et la chaussée près de l'ambassade, a constaté un journaliste de l'AFP.

Mardi, des heurts se sont également produits à Londres entre la police et des opposants au président de la RDCongo, Joseph Kabila, devant la résidence du Premier ministre David Cameron.

La Commission électorale de RDC pourrait annoncer mardi, tard dans la soirée, les résultats complets provisoires de la présidentielle du 28 novembre, dans un climat de tension extrême.

(ats)