Suisse

03 juillet 2014 11:32; Act: 03.07.2014 11:57 Print

L'argent d'un boss mafieux reste à Berne

L'ex-maire de Palerme (Italie) et mafieux Vito Ciancimino est mort en 2002. Une partie de sa fortune est désormais dans les caisses du Ministère public de la Confédération.

storybild

Vito Ciancimino était politicien et mafieux. (Photo: Keystone)

Une faute?

Vito Ciancimino est né en 1924, à Corleone, en Sicile. Ce fils de barbier devient, dans les années 1960-70, un personnage clé de la mafia et de la politique locale. Géomètre de formation et membre du Parti démocrate-chrétien italien, il commence par devenir responsable de l'adjudication des contrats de travaux publics pour la ville de Palerme. Puis, en 1970, il est élu maire de la capitale sicilienne. La même année, il est nommé à la commission antimafia du Parlement italien.

Don Vito, comme il est appelé à Palerme, sera pendant des années un intermédiaire influent entre la mafia et le monde politique. Selon son fils Massimo, auteur d'un livre en 2010 sur les agissements de son père, Ciancimino était impliqué dans les plus grands scandales mafieux qui ont secoué l'Italie de la fin du XXe siècle, notamment l'assassinat des juges Falcone et Borsellino, qui enquêtaient sur la mafia. Arrêté en 1984 et en 1992 pour ses liens avec la mafia, il ne sera incarcéré qu'en 2001, puis assigné à résidence. Il décédera en 2002.

Argent déposé en Suisse

Dans son livre, Massimo Ciancimino raconte comment, à maintes reprises, son père a traversé la frontière avec des valises remplies d'argent. Des sommes gelées par le Ministère public de la Confédération (MPC) en 2005, lorsqu'une enquête pour blanchiment est ouverte contre Massimo et deux ex-conseillers financiers de son père, en Italie. Des millions que le fils de Don Vito estime «ne plus être en sécurité».

«Nous avons récupéré 6,4 millions de francs», explique la porte-parole du MPC à la «NZZ». La raison vient du fait que Massimo et ses deux coaccusés ont été condamnés en 2006 par un tribunal italien. Et la Péninsule recevra une partie de cet argent, en vertu de la loi fédérale sur le partage des biens confisqués. Des négociations sont en cours pour définir les modalités du partage.

(dmz)