Suisse

29 avril 2019 12:28; Act: 29.04.2019 13:04 Print

L'armée a enregistré 41 cas d'extrémisme en 2018

Les signalements pour motifs djihadistes dans l'armée suisse ont représenté un peu plus du quart des présomptions, contre 70% pour l'extrême droite.

storybild

Les cas d'extrémisme recensés dans l'armée suisse en 2018 se situent dans la moyenne des cinq dernières années (Photo: Keystone)

Une faute?

En 2018, 41 cas d'extrémisme ont été signalés à l'armée. Ce chiffre se situe dans la moyenne des cinq dernières années. Les présomptions d'extrémisme de droite ont représenté 70% des cas.

Les signalements pour motifs djihadistes ont concerné quant à eux 27% des cas, indique lundi le Département fédéral de la défense (DDPS) dans un communiqué. Avec seulement un cas, l'extrémisme de gauche demeure quant à lui marginal. Contrairement aux années précédentes, aucun extrémisme ethno-nationaliste n'a été enregistré.

Les cas signalés concernaient des individus isolés. Aucun acte de violence ni aucun événement susceptible de compromettre la sécurité n'a été répertorié, précise encore le DDPS qui met en avant sa stratégie de tolérance zéro. La prévention y tient une place importante. Près de 1000 cadres et collaborateurs ont ainsi dû suivre une séance de sensibilisation ou de formation.

Cinq militaires ont également fait l'objet de mesures préventives. Ces dernières vont de l'ouverture d'une procédure de contrôle de sécurité à la reprise préventive de l'arme, en passant par la suspension de toute convocation.

(nxp/ats)