Défense

02 juin 2013 13:46; Act: 02.06.2013 14:10 Print

L'armée veut investir 9 mrds dans l'informatique

Le projet Network Enabled Operations (NEO) de l'armée, qui vise la mise en réseau de systèmes informatiques afin d'améliorer les engagements militaires, pourrait coûter cher.

Une faute?

Selon le Contrôle fédéral des finances (CDF), des investissements de neuf milliards de francs ont été prévus pour la période 2011-2021. Sur ce montant, quatre milliards devraient couvrir les frais d'exploitation. En outre, une quinzaine de milliards au total pourraient être alloués au projet NEO jusqu'à son terme programmé en 2025. Le rapport du CDF, qui date de juillet 2012, a été publié dimanche par la «Sonntagszeitung» sur son site.

Contacté par l'ats, le Département fédéral de la défense (DDPS) n'a pas confirmé ces différents montants. Il a indiqué qu'aucune communication ne sera faite avant la fin de l'année.

NEO a pour but «de réaliser une plus-value sur toute la palette des engagements possibles de l'«armée afin d«obtenir une efficacité décisive», peut-on lire sur le site Internet du DDPS. Les priorités du projet comprennent la défense de l'espace aérien, la guerre électronique et les opérations spéciales. Sur les neuf milliards prévus, environ 5,5 devraient leur être alloués, précise le rapport.

Pour la seule défense de l'espace aérien, les investissements sont estimés à hauteur de 4,6 milliards de francs, contre quelque 2,7 milliards pour l'ensemble des activités au sol. Sur ce dernier montant, quelque 800 millions concernent le «réseau d'engagement Défense», qui vise à connecter tous les systèmes importants d'une infrastructure de télécommunications uniforme.

209 millions prochainement

Le Conseil fédéral a demandé fin mai au Parlement de libérer 209 millions pour le «réseau d'engagement Défense». La requête est inclue dans le programme d«armement 2013, devisé au total à 740 millions de francs.

Il en va de la sécurité informatique de la Confédération et de la protection contre les pirates, avait dit le ministre de la défense Ueli Maurer, précisant qu'une deuxième étape était prévue dans un prochain programme. Le nouveau système, qui sera acquis entre 2014 et 2020, devrait aussi pouvoir augmenter le débit de données et réduire la dépendance par rapport aux exploitants civils.

(ats)