Winterthour (ZH)

23 février 2017 11:24; Act: 23.02.2017 11:59 Print

L'association An'Nour dépose plainte à son tour

par Jennifer Furer/ofu - Le Ministère public veut placer en détention provisoire huit des dix individus accusés d'avoir agressé deux personnes dans la mosquée en novembre dernier. Une plainte vient également d'être déposée contre les deux victimes.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

L'association qui gère la mosquée An'Nour à Winterthour (ZH) a lancé mercredi une contre-offensive. Des membres ont en effet porté plainte contre les deux individus qui, selon le Ministère public zurichois, ont été agressés, frappés et séquestrés le 22 novembre dernier dans le lieu de prière.

Cette information, confiée à «20 Minuten» par l'ancien président de l'association, a été confirmée mercredi par la procureure en charge du dossier, Susanne Steinhauser.

Une violation du domaine secret et privé?

L'ex-président explique avoir livré à la police des preuves montrant les deux «espions» en train d'avouer avoir filmé en douce dans la mosquée. Mais la plainte déposée par la mosquée peut-elle réellement mener à quelque chose? «Oui», estime l'avocat zurichois Andreas Meili. «Ces hommes risquent des poursuites pénales s'ils ont secrètement fait des enregistrements dans la mosquée, explique-t-il. Ces images pourraient représenter une violation du domaine secret et privé. Il s'agit ici d'un délit sanctionné par une peine pécuniaire ou une peine de prison pouvant aller jusqu'à 3 ans.»

Détention provisoire requise?

Mardi, dix personnes ont été interpellées à Winterthour et dans les communes alentour. Depuis, un adulte a été libéré. Les autres sont non seulement accusés d'avoir agressé les deux «espions», mais également d'avoir menacé de mort les familles de ces derniers.

Les individus, âgés de 17 à 53 ans, croyaient que leurs victimes avaient donné à des journalistes des informations sur un prédicateur qui aurait appelé au meurtre de musulmans non pratiquants le 2 novembre dernier.

Le jeune de 17 ans a d'ores et déjà été placé en détention préventive. Le juge des mineurs a ouvert une enquête pénale. Il fait l'objet d'une enquête pour agression, séquestration, menace, contrainte et lésion corporelle, a indiqué jeudi à l'ats la porte-parole de la justice des mineurs.